Y aura-il des sacrements au ciel ?

samedi 12 juillet 2014, par theopedie

En bref : Quand ce qui est parfait sera venu (1 Co 13,10), l’usage des sacrements cessera, parce que les bienheureux dans la gloire céleste n’ont pas besoin de ce remède (Imitation de Jésus Christ, 4,2). Ainsi saint Jean n’a-t-il pas vu de temple dans la Jérusalem céleste (Ap 21,22).

JPEG - 150.3 ko
Starway to heavens

C’est la religion intérieure qui est le but et la règle de la religion extérieure. Or, la religion intérieure sur terre consiste sur terre en l’union avec Dieu par la foi, l’espérance et la charité, tandis que la religion intérieure consistera au ciel en l’union avec Dieu par la charité et la contemplation intérieure. Le culte extérieur variera en fonction de ce changement et les sacrements disparaîtront car ils procurent la grâce non par la contemplation à découvert de Dieu mais par la foi.

Dans la vie présente, il y a pour l’homme des formes symboliques du culte extérieur - sacrifice et sacrement - parce que, ici-bas, l’homme marche dans la foi et qu’il n’est pas encore dans le royaume de la vision (2 Co, 5,7). Tout symbolisme dans la célébration du culte divin devra cesser dès que commencer « ce qui est parfait », parce qu’au ciel nous ne connaîtrons plus et les choses divines comme « dans un miroir », c’est-à-dire médiatement, et « dans une énigme », c’est-à-dire obscurément, mais nous contemplerons la divine majesté « face à face », c’est-à-dire immédiatement et à découvert (1 Co 13,12).

P.-S.

D’après Nicolas Gihr, Les sacrements, 1900.

Répondre à cet article