Y a-t-il un seul Absolu ?

jeudi 8 mai 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Il ne peut exister qu’un unique absolu : l’absolu, envisagé comme acte d’être infini, ne saurait en effet souffrir la comparaison avec quoique ce soit, fut-ce avec une autre réalité absolue.

Supposons par l’absurde qu’il existe deux réalités absolues.

  • Soient deux réalités absolues.
  • L’affirmation simultanée de l’une et de l’autre suppose entre cette réalité et cet autre réalité une distinction qui permette de les différencier, ne serait-ce que pour les comparer.
  • Une comparaison doit être fondée sur une particularité présente dans chacun des deux termes.
  • Une particularité n’est possible que si, dans une réalité, peut être décelé le fait d’être tel et non tel autre.
  • Exister de telle manière plutôt que de telle autre, ce n’est plus l’acte d’être à l’état pur mais l’acte d’être contingent.

God is One
ALpha Bondy (album Massada)
AlphaBlondy53, Ghl9aSBAfFM

Ou, pour le dire autrement, l’acte d’être, envisagé dans sa pureté, est exempt de toute limite qui permettrait de la comparer. L’existence absolue a pour identité d’être l’existence elle-même dans toute sa richesse : elle n’a aucune limite sinon la plénitude de sa propre existence. Il est radicalement impossible que subsistent l’un en face de l’autre plusieurs actes d’être à l’état pur : ils ne pourraient se distinguer en rien et se confondraient.

Ajoutons, pour anticiper le concept de Trinité, que quand bien même cette réalité absolue serait une existence relationnelle et admette une certaine pluralité de termes, cette pluralité reste interne à un même acte d’être.

Concluons : il n’existe qu’un absolu. Ou plutôt : l’absolu est unique. En effet, il n’est pas question ici de nombre mathématique (le dénombrement signifie que l’on puisse distinguer l’être et l’essence) mais d’une absence de division et d’une impossible délimitation de l’acte d’être absolu.

Documents joints

  • Sourate 112. Al-Ikhlas (l’unité, la sincérité, l’unicité de Dieu) (Youtube – 26 octets)

    Al-Ikhlas est sourate (chapitre) 112 du Coran, et l’on dit être l’une des premières révélations que le prophète Mahomet a reçu de archange Gabriel.

    La racine arabe du mot est Ikhlas kh-ls qui signifie d’être purifié ou raffiné. Le concept même de raffinage et signifie la purification du feu loin de toutes les impuretés, ne laissant que l’essence même de ce qui était recherché, qui, dans ce cas, est Allah.

    Une telle purification est la combustion loin de tous les malentendus du monde, les préoccupations et les désirs qui nous séparent de l’Un, l’Unique à qui nous dépendons, le Seul et Unique qui est notre rocher de fondation, l’Un éternel et unique.

Répondre à cet article