Un prêtre peut-il être marié ?

lundi 2 juin 2014, par theopedie

En bref : Dans l’absolu, un prêtre peut être marié et il existe des prêtres catholiques mariés (par exemple, chez les maronites). Mais la tradition romaine réserve la prêtrise aux hommes qui ont refusé de se marier par amour de la vie consacrée qu’a menée Jésus.

Le rôle d’un prêtre est de concrétiser de façon matérielle au cours de la liturgie la présence de Jésus ressuscité. On dit qu’il agit in « persona Christi » : au cours de ces icônes vivants que sont les sacrements, le prêtre représente Jésus.

Le fait que le prêtre a pour rôle de matérialiser la présence de Jésus au cours de la liturgie explique pourquoi, par exemple, une femme ne peut être prêtre. Il s’agit de bon sens iconographique. Néanmoins, un prêtre peut tout à fait être marié sans que l’icône qu’il préside en souffre : qu’il soit célibataire ou marié ne l’empêche pas, au cours de ces icônes vivantes que sont les sacrements, de matérialiser corporellement Jésus.

Réflexions autour du mariage des prêtres
Monseigneur Jean-Michel di Falco-Léandri
Le Point

Ceci explique pourquoi dans certains rites, par exemple dans le rite catholique maronite (au Liban) ou dans l’Église orthodoxe, les prêtres peuvent être mariés. Il est donc possible à un prêtre d’être marié dans l’absolu. Toutefois, dans le rite latin (occidental), on demande au prêtre non seulement d’être une icône matérielle de Jésus, mais aussi d’en être une icône morale. Moral est ici à prendre au sens large : imiter les mœurs de Jésus. Ceci explique pourquoi le célibat est réservé aux hommes célibataires : par amour de la vie consacrée que Jésus a mené et pour que l’icône acquiert une dimension morale supplémentaire.

Les personnes qui réclament le droit au prêtre d’être marié se trompent donc sur plusieurs points :

  • le droit dans l’absolu existe mais n’est pas exercé et il est tout à fait possible qu’il soit à nouveau autorisé un jour sans qu’il y ait de changement substantiel dans la doctrine catholique ;
  • devenir prêtre n’est pas une revendication politique ou un droit que l’on peut réclamer à la manière du droit de vote mais un service iconographique rendue à l’Église pour matérialiser la grâce qui vient de la présence de Jésus au sein de son Église ;
  • ouvrir aux prêtres le mariage ne résoudra probablement pas la question du nombre des vocations (le problème se situe autre part). D’ailleurs, la crise des vocations n’est pas moins importante dans la religion protestante qui autorise le mariage des pasteurs.
  • c’est par amour de la vie qu’a menée Jésus et non par ascétisme forcené que l’on réserve aux hommes célibataires la prêtrise.

Répondre à cet article