Un catholique peut-il se marier avec un chrétien non-catholique ?

vendredi 9 mai 2014, par theopedie

En bref : Un chrétien catholique peut se marier avec un chrétien non catholique, mais doit tout de même demander l’autorisation à l’ordinaire du lieu (l’évêque). Celui-ci l’accorde quasiment toujours.
JPEG - 36.5 ko
« Le » mariage protestant
Rite anglican

Le mariage chrétien repose sur quatre piliers :

  • liberté des conjoints au moment de s’engager
  • fidélité et amour mutuel, stable et exclusif
  • indissolubilité (pas de remariage, sauf cas exceptionnels).
  • ouverture à la fécondité (ouverture aux enfants).

Si un non-catholique s’engage à respecter ces quatre piliers et à respecter la foi de son futur conjoint ainsi que l’éducation chrétienne que son conjoint donnera aux enfants, les mariages entre catholiques et chrétiens non-catholiques sont en principe possibles, et même reconnus comme sacramentels.

Il convient toutefois de demander à l’évêque une « dispense de disparité de culte », qu’il accorde très généralement. Le mariage ne sera pas reconnu sinon comme valide. La cérémonie peut se dérouler dans un temple si l’on demande une « dispense de forme canonique » (mais il ne peut y avoir qu’une seule cérémonie).

Dans tous les cas de figure, il convient de se renseigner auprès de son diocèse auprès des personnes responsables des mariages dit « mixtes ». Selon les confessions chrétiennes protestantes ou orthodoxes, il peut y avoir des points d’attention particuliers à connaître.

JPEG - 218.5 ko
Le rite de la couronne
Rite orthodoxe du mariage

Éducation des enfants

Dans le cas particulier des mariages entre chrétien catholique et chrétien non-catholique (nous ne sommes pas ici dans le cas d’un mariage entre, par exemple, catholique et musulman qui demande des garanties supplémentaires), le parti catholique fait la promesse de « faire son possible » pour que ses enfants soient baptisés et éduqués dans l’Église catholique, tout en respectant les exigences de conscience de son conjoint.

Il sera demandé à la partie catholique [...] de déclarer qu’elle est prête à écarter les dangers d’abandon de la foi et de promettre sincèrement de faire son possible pour que tous les enfants soient baptisés et éduqués dans l’Église catholique. L’autre partenaire doit être informé de ces promesses et responsabilités. En même temps, il faut constater que la partie non-catholique peut éprouver une obligation semblable en raison de son propre engagement chrétien. Il est à noter que, dans le Droit canonique, il n’est requis de ce partenaire aucune promesse écrite ou orale.
[...]

JPEG - 43.7 ko
Un mariage en extérieur
Mode protestante américaine

Dans l’accomplissement de son devoir de transmettre la foi catholique à ses enfants, le parent catholique respectera la liberté religieuse et la conscience de l’autre parent, et aura soin de l’unité et de la permanence du mariage et du maintien de la communion de la famille. Si, malgré tous les efforts, les enfants ne sont pas baptisés ni élevés dans l’Église catholique, le parent catholique ne tombe pas sous la censure du droit canonique. Toutefois, l’obligation qu’il a de partager avec ses enfants la foi catholique ne cesse pas.

Directoire pour l’application des principes et des normes sur l’oecuménisme.

Répondre à cet article