Tout le pain et tout le vin sont-ils consacrés ?

mardi 2 décembre 2014, par theopedie

En bref : La quantité de pain et de vin à consacrer est en soi déterminée par l’intention du ministre. Pratiquement, on utilisera un corporal posé sur un autel pour délimiter l’espace de consécration.

La consécration du pain et du vin est déterminée par la formule de consécration. Or, l’emploi du déictique « Ceci » impose la présence physique du pain et du vin, puisqu’un déictique réfère par mode de désignation matérielle et spatiale. De même encore, il impose une intention déterminée : le déictique réfère non à une matière déterminée, mais à une matière précise et individuellement déterminée. Et cette détermination ne peut se faire que par un acte positif de la volonté du président. L’usage d’un corporal comme linge d’autel permet de délimiter de manière conventionnelle l’espace de la consécration (on peut utiliser plusieurs corporaux en cas de grande affluence).

GIF - 16.6 ko
Préparation de l’autel

On admet les règles suivantes :

  • il n’est pas requis pour la validité que les espèces touchent le corporal ;
  • au-delà de 10 à 20 pas, il n’y a plus présence physique ;
  • si les hosties sont derrière l’autel, elles ne sont pas consacrées ;
  • les hosties placées à l’insu du prêtre ne sont pas consacrées ;
  • si le prêtre ne voulait consacrer que la moitié des hosties présentes, aucune n’est consacrée (l’ambiguïté empêche à la formule de pouvoir référer correctement).

Si on mélange des hosties consacrées et non consacrées par inadvertance, on les consacrera à la prochaine messe sous condition.

Répondre à cet article