Qui sont les ministres ordinaires du baptême ?

lundi 22 septembre 2014, par theopedie

En bref : Les ministres ordinaires du baptême sont les évêques, et par extension pastorale, les prêtres et les diacres (canon 861).

Aux premiers jours de l’Église, c’est l’évêque, chef de la communauté chrétienne qui administre le sacrement du baptême par lequel un homme devient membre de cette même Église. C’est en effet aux apôtres (Matthieu 28, 19) que l’ordre de baptiser a été donné et c’est ainsi qu’ils font (Acte des Apôtres 2, 41). Ce privilège s’est transmis par la suite à leurs successeurs :

Il n’est permis ni de baptiser ni de célébrer l’agape en dehors de l’évêque (Saint Ignace, lettre aux Smyrniens, 8,2)

Encore maintenant, le baptême des adultes est régulièrement réservé à l’évêque (canon 863).

JPEG - 22.8 ko
Baptême par effusion

Toutefois, les apôtres ne voulurent pas se laisser absorber par les charges pastorales au détriment de leur tâche missionnaire et ils se firent aider. Ainsi Pierre à Césarée (Acte des Apôtres 10, 48) ou Paul (1 Corinthiens 1, 17, Acte des Apôtres 9, 18). Le mot de saint Ignace lui-même laisse entendre des dérogations possibles. Le prêtre devint ainsi, comme délégué de l’évêque, le ministre ordinaire du baptême : il est le pasteur de l’Église locale et célèbre la messe. C’est à ce double titre que les baptêmes lui sont confiés : pour accueillir le nouveau chrétien dans l’Église et l’amener au culte eucharistique.

Quand aux diacres, ils n’avaient pas pour mandat initial de baptiser, mais de servir les tables (Acte des Apôtres 6, 3). Mais déjà, on voit leur zèle apostolique les conduire à baptiser (Acte des Apôtres 8, 12, Acte des Apôtres 8, 38). Toutefois, comme le nom lui-même l’indique (diacre, diaconus : ministre auxiliaire), le diacre n’est pas appelé par l’ordination à administrer un sacrement de sa propre autorité, mais seulement à être le premier ministre assistant l’évêque ou le prêtre. Ils sont donc aujourd’hui, avec les prêtres, les ministres ordinaires mais concrètement, c’est au curé qu’il appartient de répartir ce ministère.

Répondre à cet article