Qui sont les différents acteurs dans les sacrements ?

mercredi 16 juillet 2014, par theopedie

En bref : Les différents acteurs sont : Dieu (de manière active), Jésus Christ et le ministre (de manière instrumentale) et le fidèle (de manière passive).

L’institution et l’administration des sacrements en tant qu’icône vivante de la grâce supposent une puissance et une autorité surnaturelles, dont l’organisation et la hiérarchie expliquent les rôles respectifs de Dieu, de Jésus en tant médiateur et des ministres. Dieu est l’acteur principal tandis que Jésus et les ministres sont comme ses instruments, quoiqu’à des titres différents. Voici ainsi ce que dit saint Thomas à propos du baptême (mais la remarque s’étend aux autres sacrements) :

Triple est la puissance qui absout les péchés dans le baptême :

  • Il y a une puissance d’autorité qui revient à Dieu seul, car lui seul a en propre le pouvoir de remettre les péchés en tant que cause principale (et même l’humanité du Christ n’a pas cette puissance).
  • il y a une autre puissance ministérielle que l’on voit à l’œuvre dans ceux qui dispensent les sacrements. A travers eux, et de manière secrète, la force de Dieu opère la délivrance.
  • Il y a enfin une troisième puissance médiane, dite « puissance d’excellence » et que le Christ détient au-dessus de tous [1].

Ajoutons une quatrième puissance : celle du fidèle qui reçoit le sacrement. Et il s’agit d’une puissance passive : celle de recevoir la grâce sacramentelle et de la faire fructifier par la foi. Telle est sa participation et sa manière d’être immergé dans cette icône vivante de la grâce, lui qui est d’une certaine manière le terme du sacrement.

Notes

[1Triplex est potestas absolvendi a peccato in baptismo. Una potestas auctoritatis et haec solius Dei est, qui propria virtue peccata dimittit quasi principalis causa remissionis peccati ; unde tali potestate Christus secundum quod homo peccata remittere non poterat. Alia potestas est ministerii, quae eis competit qui sacramenta dispensant, in quibus divina virtus secretius operatur salutem. Tertia est media inter has duas, quae dicitur potestas excellentiae et hanc Christus prae aliis habuit (IV, dist, 5,1,1)

Répondre à cet article