Qui peut distribuer la communion ?

lundi 23 juin 2014, par theopedie

En bref : Le prêtre ou le diacre distribuent la communion. De manière auxiliatrice, des fidèles peuvent distribuer la communion, mais ils doivent être formés.

L’usage est généralement de réserver au prêtre la distribution de la communion (le diacre aidant à distribuer le sang du Christ). Deux raisons traditionnelles sont données à cela :

  • Donner la communion est l’office d’un médiateur établi entre le Christ et les hommes, donc d’un homme ordonné à cet office.
  • Seules les mains du prêtre ont été sanctifiées par le saint Chrême.

Il s’agit ici toutefois d’arguments de convenance et de dignité, non de validité. Pour d’autres raisons, on pourra agir autrement. Voici ce que dit le code de droit canonique :

§1. Les ministres ordinaires de la sainte communion sont l’évêque, le prêtre et le diacre.
§2. Les ministres extraordinaires de la sainte communion sont l’acolyte et tout autre fidèle (...) (Droit Canonique can. 910, 1983).

JPEG - 15.6 ko
Institution d’un acolyte

Actuellement, seuls les hommes peuvent être institués acolytes, c’est-à-dire servants de messes adultes. Cette norme semble toutefois être peu en conformité avec la pratique actuelle, puisqu’une même norme vaut pour les lecteurs institués et que l’on a vu au Vatican des femmes appelées à lire (cette norme semble en n’être gardée que par rapport à la question de la non-ordination des femmes). Il convient donc d’avoir une lecture souple de ce canon.

En pratique,

  • l’on s’assurera de la respectabilité des acolytes
  • l’on veillera à leur formation liturgique pour veiller à la propreté de la communion. Voici un commentaire trouvé sur Internet :

Pour que la communion puisse être distribuée régulièrement par un laïc ou un servant de messe adulte, il faut que ce soit une personne désignée nominativement par un accord de l’évêque, et le curé de la paroisse aura choisi une personne réputée pour sa moralité et sa foi exemplaires. Cet accord est nécessaire même en ce qui concerne les religieuses chargées d’une mission de coopération paroissiale.

(L’auteur de ce commentaire développe par ailleurs un vision plus restrictive de cette norme)

P.-S.

JPEG - 532.3 ko
L’acolyte reçoit la patène
On reconnaît l’acolyte à son dénuement liturgique : il n’a pas d’étole sur son amicte.

Le Vatican précise ainsi les normes concernant le ministre extraordinaire de la sainte Communion :

§ 1. La discipline canonique sur le ministre extraordinaire de la sainte Communion doit cependant être correctement appliquée pour ne pas provoquer de confusion. Elle dispose que le ministre ordinaire de la sainte Communion est l’évêque, le prêtre et le diacre,(96) tandis que sont ministres extraordinaires soit l’acolyte institué, soit le fidèle député dans ce but aux termes du can. 230, § 3.(97)

Un fidèle non-ordonné, si des motifs de vraie nécessité y invitent, peut être député en qualité de ministre extraordinaire par l’Évêque diocésain, en utilisant la formule de bénédiction liturgique appropriée : pour distribuer la sainte Communion y compris en dehors de la célébration eucharistique ad actum vel ad tempus, ou de façon stable. Dans des cas exceptionnels et imprévisibles, l’autorisation peut être concédée ad actum par le prêtre qui préside la célébration eucharistique.

§ 2. Pour que le ministre extraordinaire, durant la célébration eucharistique, puisse distribuer la sainte Communion, il est nécessaire ou bien qu’il n’y ait pas d’autres ministres ordinaires présents, ou bien que ceux-ci soient vraiment empêchés. Il peut remplir aussi cette charge quand, à cause d’une participation particulièrement nombreuse de fidèles désireux de recevoir la sainte Communion, la célébration eucharistique se prolongerait excessivement en raison de l’insuffisance de ministres ordonnés.

Une telle charge est supplétive et extraordinaire, et elle doit être exercée selon les normes du droit. Dans ce but il est opportun que l’Évêque diocésain édicte des normes particulières qui, en étroite harmonie avec la législation universelle de l’Église, règlent l’exercice de cette charge. Il faut prévoir, entre autre, que le fidèle député à cela soit convenablement instruit sur la doctrine eucharistique, sur le caractère de son service, sur les rubriques à observer pour l’honneur dû à un si grand sacrement, et sur la discipline concernant l’admission à la communion.

Pour ne pas provoquer de confusions, il faut éviter et faire disparaître plusieurs pratiques, qui se sont répandues depuis quelque temps dans certaines Églises particulières, comme par exemple :

  • le fait de se communier soi-même comme si l’on était concélébrant ;
  • le fait d’associer à la rénovation des promesses des prêtres, dans la Messe chrismale du Jeudi Saint, d’autres catégories de fidèles qui renouvellent des vœux religieux, ou reçoivent le mandat de ministres extraordinaires de la communion.
  • l’usage habituel de ministres extraordinaires au cours des Messes, en étendant arbitrairement le concept de « nombreuses participations ».

Portfolio

L'acolyte reçoit la patène

3 Messages

  • Qui peut distribuer la communion ? Le 21 janvier 2015 à 11:41, par Marcaille

    J’ai assisté à la messe de Noël dans ma paroisse Saint Pierre & Saint Paul à Mons-en-Laonnois dans l’Aisne.
    Je suis parti avant la fin. Un prêtre qui ressemblait plus à un chauffeur de salle qu’autre chose. Des personnes qui passaient dans le Chœur pendant la sainte messe. L’autel déplacé et mis sur le côté.
    Des personnes divorcées et d’une moralité discutable qui ont distribué la Sainte Communion. Mais où était le sacré ?
    Bref, une organisation de fête de village. Et je ne soulignerai le côté musical. Des chants accompagnés, entre autre, à l’accordéon. Le tout placé juste à l’entrée du Chœur. une animatrice qui devait ne pas s’entendre chanté. Je suis convaincu, maintenant, qui Dieu doit être devenu complétement sourd.
    Je veux bien qu’on dise que le peuple de Dieu est diversifié, mais delà à faire de l’à-peu-près et du n’importe quoi, il y a quand même des limités.
    pHM.

    Répondre à ce message

    • Qui peut distribuer la communion ? Le 15 novembre 2015 à 03:41, par converti

      Ces gens qui ont servi la messe sont des gens animés par le désir de servir. Visiblement c’était raté, mais être fidèle est plus important qu’être talentueux. Ils n’ont donc rien à se reprocher. Ce n’est pas à vous de décider si ces gens qui on participé à la célébration étaient digne d’être là.

      Répondre à ce message

  • Qui peut distribuer la communion ? Le 14 février à 23:50, par Marc DIMAJO

    Ne vous faites pas plus sot que vous n’êtes sourd ! Marcaille n’a jugé personne exceptée la chanteuse , Il a simplement rappelé que ces certains enfreignaient les canons de l’Église et que d’ autres contrevenaient à une saine liturgie. Ce ’est point à vous de juger les canons de l’Église et de sa liturgie . Les jugement déguisés en défense de ceux qui aurait été jugés et rappelant qu ’il ne faut pas juger sont des plus insidieux en plus que d’être contradictoires.
    En correction toute Fraternelle.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article