Qui étaient les ennemis de Jésus ?

mardi 25 juin 2013, par theopedie

Les ennemis de Jésus faisaient partie principalement de la haute société juive. Il y avait d’abord les gouverneurs juif (Hérode Antipas) et romain (Ponce Pilate). Ces personnages étaient ennemis de toute personne troublant l’ordre public, et Jésus faisait à coup sûr partie de cette catégorie : il fit une entrée triomphale à Jérusalem, son titre de Saint ranimait l’espoir d’une libération politique, enfin, il fit un scandale au temple en chassant les commerçants qui s’y trouvaient.

Jésus maudit les pharisiens
Évangile selon Matthieu (Pasolini, extrait)
theopedie

Toutefois, si Jésus était un agitateur aux yeux des hommes de pouvoir, il passait pour un agitateur relativement inoffensif. Son discours était plus spirituel que politique et il condamnait toute forme de violence. Il fréquentait même les amis des Romains et les collecteurs d’impôt... Pilate n’accepta de la condamner que sous la menace d’une sédition menée par les cercles religieux juifs.

En effet, paradoxalement, alors que Jésus avait passé sa vie à parler de Dieu aux foules d’Israël, ce furent les responsables religieux juifs qui furent ses plus farouches opposants :

  • les grands-prêtres : Jésus remettait en cause l’importance des sacrifices et du commerce lié au temple. Ce commerce profitait aux grandes familles sacerdotales juives et exploitait le peuple juif.
  • les sadducéens : Jésus affirmait la résurrection des corps et prônait une morale beaucoup plus exigeante que la leur.
  • les pharisiens : les pharisiens étaient les intégristes juifs de l’époque. Jésus critiquait leur arrogance spirituelle, et leur morale faite d’obligations superficielles.
  • les spécialistes de la Bible (les docteurs de la loi) : Jésus critiquait la manière dont ils inventaient toutes sortes d’obligations pour les imposer au peuple juif.

Pire que tout, Jésus déclarait ouvertement vouloir détruire la religion juive pour la refonder sur de nouvelles bases :

JPEG - 5.6 ko
Un pharisien

La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. Il trouva dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis. Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables ; et il dit aux vendeurs de pigeons : Ôtez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. Ses disciples se souvinrent qu’il est écrit : Le zèle de ta maison me dévore. Les Juifs, prenant la parole, lui dirent : Quel miracle nous montres–tu, pour agir de la sorte ? Jésus leur répondit : Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. Les Juifs dirent : Il a fallu quarante–six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras ! Mais il parlait du temple de son corps.

Jean 2:13-22

Dans cette citation, Jésus affirme pouvoir détruire le temple de Jérusalem, c’est-à-dire l’endroit où les sacrifices étaient accomplis. Mais ce temple n’était pas seulement un lieu de sacrifice, c’était aussi le symbole de la religion juive et de la fierté d’Israël : le temple était le lieu où Dieu lui-même habitait sur terre. Pour les contemporains de Jésus, la déclaration de Jésus rapportée ci-dessus avait donc une portée évidente : en affirmant détruire le temple, Jésus déclarait ouvertement vouloir détruire la religion juive basée sur les sacrifices et les familles sacerdotales. Les dignitaires juifs, pour se moquer de lui, prirent cette affirmation au pied de la lettre : « Il a fallu quarante–six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras ! » En réalité, personne n’était dupe des paroles de Jésus. Et quand Jésus affirmait vouloir rebâtir un temple autour de son corps, là encore, son message avait une portée symbolique : le corps dont il était question désignait à la fois le corps physique de Jésus (sa résurrection), mais désignait aussi l’Église et la communauté de disciples que Jésus avait fondée, bref la nouvelle religion que Jésus apportait avec lui.

Enigme de Jésus contre les pharisiens
Extrait du film l’Évangile selon Matthieu, de Pasolini
theopedie

L’enseignement religieux de Jésus était tellement en porte à faux avec la religion établie par les pharisiens et les grands-prêtres qu’il s’agissait bien d’une nouvelle religion : Jésus affirmait l’égalité de l’homme et de la femme à travers l’indissolubilité du mariage, déclarait que le pardon des péchés n’était pas obligatoirement lié aux sacrifices du temple, remettait en cause la manière dont les pharisiens divisaient les choses en pures et impures, fréquentait les criminels et les prostituées pour leur offrir la pénitence et le paradis, proclamait une relation directe des hommes avec Dieu et revendiquait le titre de Saint et de Fils de Dieu.

Aussi n’y eut-il guère parmi les religieux juifs que le cercle marginal de Jean le Baptiste pour devenir amis avec Jésus. La haine des autres groupes religieux envers Jésus était si intense qu’ils parvinrent à oublier leurs profondes divisions et à s’unir pour arrêter et faire condamner Jésus.

Répondre à cet article