Qui étaient les Sadducéens ?

samedi 29 juin 2013, par theopedie

Les Sadducéens étaient les membres du parti que l’on pourrait qualifier de progressiste pour l’époque. Comparés aux scribes, aux docteurs de la loi et aux intégristes, ils étaient peu nombreux. Ils occupaient des postes influents dans la société juive et étaient en relation avec les plus grandes familles sacerdotales (Ac 5,17 ; Flavius Josèphe, Ant. XX. 19. 1). Ils faisaient partie de l’aristocratie et recrutaient parmi la haute classe de la société, mais non parmi le peuple, où ils n’avaient pas de disciples. Ils étaient favorables aux « lumières » de l’hellénisme et entretenaient certaines sympathie envers les Romains. À l’inverse, ils méprisaient la fermeture d’esprit des Pharisiens, les intégristes de l’époque. Tout les opposait à ce groupe religieux qui promouvait un strict légalisme et adhérait aux espoirs de libérations nationales autour de la religion. Pour ces mêmes raisons, ils redoutaient Jésus car celui-ci était perçu par la foule comme un de ces libérateurs nationaux. Malgré leur haine envers les Pharisiens, ils s’unirent avec ceux-ci pour faire tomber Jésus.

JPEG - 85.3 ko
Un sadducéen et un pharisien

Les Sadducéens adhéraient presque exclusivement à la Torah, c’est-à-dire dans les cinq premier livres de la Bible, non par fondamentalisme mais par refus des développements théologiques ultérieurs. À cause de leur aversion envers le nationalisme religieux juif, les Sadducéens refusaient en effet la tradition orale qui l’accompagnait, la littérature apocalyptique et son enseignement : ils ne croyaient ni en la vie immortelle, ni en la résurrection, ni dans les anges, ni au jugement dernier. On les voit ainsi souvent dans le Nouveau Testament et la littérature juive en pleine querelle théologique avec les Pharisiens et avec Jésus sur ces points. Leur philosophie était plus encline à souligner la liberté humaine, son libre arbitre, l’absence de destin et de providence (Flavius Josèphe, XIII. 5. 9).

Le nom de Sadducéen est dérivé de Sadoq. Ce Sadoq était probablement le prêtre dont parle la Bible et qui avait été nommé par Salomon (1 R 2,35). De Sadoq descendaient les membres le plus honorables des familles sacerdotales du deuxième temple (Ézéchiel 43:19). Les Sadducéens étaient ainsi à la fois légitimistes et progressistes, à la manière des Orléanistes en France au XIXe siècle.

Répondre à cet article