Qui est Ève ?

samedi 18 janvier 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

Selon la Bible, Ève est la première femme. À proprement parler, Ève n’est pas un nom : c’est un surnom qui signifie « La vivante » car, selon la Bible, tout homme est né d’Ève. Son histoire est racontée de manière poétique dans le deuxième et troisième chapitre de la Genèse :

JPEG - 359.8 ko
Adam et Ève
Mosaïque de la chapelle Palatine (Palerme)

Alors le Seigneur Dieu fit tomber l’homme dans un profond sommeil. Il lui prit une côte et referma la chair à sa place. Avec cette côte, le Seigneur fit une femme et l’amena à l’homme. En la voyant celui-ci s’écria : « Ah ! Cette fois, voici quelqu’un qui est plus que tout autre du même sang que moi ! On la nommera compagne de l’homme, car c’est de son compagnon qu’elle fut tirée. » C’est pourquoi l’homme quittera père et mère pour s’attacher à sa femme, et ils deviendront tous deux un seul être. Gn 2, 21-24

À partir d’une des côtes d’Adam, Ève fut donc créée, pour être sa femme et son soutien. En retour, Adam se dit prêt à quitter sa famille pour s’unir amoureusement à sa compagne. Toutefois, si Ève devait être le soutien d’Adam, ce soutien ne s’avéra pas d’une grande solidité. C’est en effet par Ève que le serpent parvint à tenter Adam et à le faire chuter (Gn3). À cause de la chute d’Adam, Ève apparaît donc comme une figure ambiguë : elle est à la fois la première femme mais aussi la personne par qui le mal est entré dans le monde (Siracide 24,25).

Le saviez-vous ?

JPEG - 19.9 ko

Suite à une sur-interprétation du rôle d’Ève dans l’histoire de la chute, une sorte de malédiction pesait sur les femmes juives au temps de Jésus. Aussi convient-il de mentionner, à côté d’Ève, la figure de Marie, la mère de Jésus. Marie est la nouvelle Ève, celle qui oublier l’ambiguïté de la première femme.

Répondre à cet article