Qui est Adam ?

mercredi 11 décembre 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

 un personnage historique...

JPEG - 81.9 ko
Adam parlant du bien et du mal
à ses proches
(il s’agit en fait d’hommes néandertaliens)

L’histoire d’Adam est l’histoire du passage de l’animalité à l’humanité et l’émergence de la conscience morale au sein de la psychologie hominidée. Cette transformation a eu lieu lorsque les notions de bien et de mal furent découvertes par celui qui devint, de ce fait, le premier homme. La Bible le surnomme : « Adam ». Cet événement historique est raconté sous forme poétique dans la Bible au deuxième chapitre de la genèse.

Ainsi, selon la Bible, Adam est le premier animal à avoir découvert le bien et le mal. Selon la Bible, cette découverte géniale provient d’une inspiration divine (Genèse 2,7). À cause de l’importance de cette découverte, on dit qu’Adam est le premier homme, créé à l’image de Dieu lui-même (Genèse 1,26).

L’histoire d’Adam ne s’arrête pas là : celui qui a découvert le bien et le mal est aussi celui qui, le premier, a abusé de sa connaissance morale pour faire le mal. De son orgueil est né le malheur de l’humanité, marquée à jamais par les conséquences funestes de ce premier péché.

 ...décrit de manière poétique

Adam et Ève
# retrouvez-nous sur theopedie #
theopedie

Pour bien comprendre qui est Adam, il est important de souligner la dimension poétique du récit où son histoire est racontée. Confondre les genres littéraires peut amener beaucoup de contresens, voire même, à douter de la réalité historique de cet hominidé authentiquement génial. Dans le cas présent, il convient de bien distinguer entre d’un côté ce qui est de l’ordre de l’image poétique et de la métaphore et de l’autre ce qui est de l’ordre de la réalité. Ainsi :

  • Se demander si un homme réellement nommé Adam a existé est un premier contresens. Adam n’est pas un nom propre, c’est un surnom signifiant « le bouseux ». Ce surnom indique la basse extraction de l’humanité, laquelle provient, comme tous les espèces animales, du sol.
  • Malgré cette basse extraction, l’humanité est promise à une haute destinée. Dieu insuffle directement à Adam sa propre haleine de vie (Genèse 2,7). On voit ici que ce qui caractérise la création de l’humanité, ce n’est pas l’apparition d’un corps humain, mais l’apparition de l’esprit humain (Cette remarque permet d’éviter tout conflit entre la théorie de l’évolution de Darwin et la Bible).
  • Adam vivait auprès de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Cet arbre est une image pour nous dire qu’Adam est un animal terrestre qui avait découvert le bien et le mal. Il ne s’agit pas d’un arbre ayant réellement existé, et encore moins d’un pommier.
  • Cette découverte du bien et du mal fait d’Adam un animal à l’image de Dieu (Genèse 1,26), car dotée d’une conscience morale. Elle fait donc de lui le premier homme.
JPEG - 359.8 ko
Adam et Ève
Mosaïque de la chapelle Palatine (Palerme)
  • Notons que cette découverte a été directement inspirée par Dieu (Genèse 2,7) et place Adam dans le paradis. L’arbre est en effet au centre du paradis (Genèse 2,9) tant il est vrai que la science morale montre la voie du bonheur pour l’homme.
  • Là encore, on évitera d’interpréter le jardin d’Éden dans un sens trop matérialiste. Il s’agit d’une image pour nous parler du paradis. C’est au sujet du paradis qu’il convient de s’interroger, et non sur la localisation du jardin d’Éden.
  • Avec l’apparition de l’homme vient aussi l’apparition de la femme, Ève. Là encore, on prendra soin de ne pas interpréter de manière littérale la côte d’Adam de laquelle sortit Ève. Il s’agit en effet d’une métaphore, et qui plus est, provenant d’une erreur de traduction.

Répondre à cet article