Quels sont les principaux défauts de l’homme ?

mardi 20 août 2013, par theopedie

Il y a sept défauts principaux : on les désigne sous le terme traditionnel de « péchés capitaux ». L’adjectif « capital » vient du latin « caput » (la tête). Ce sont donc les péchés « à la tête » des autres : ceux qui les provoquent et les entraînent, ceux qui sont à leur principe.

Ces péchés capitaux ou « principaux » ne sont pas forcément les péchés plus graves (par exemple, le meurtre n’est pas mentionné dans leur liste), mais les attitudes psychologiques qui sont à l’origine des plus graves péchés. Thomas d’Aquin qui a dressé la liste des « péchés capitaux » disait ainsi qu’il faudrait davantage les appeler « défauts » ou « vices » plutôt que « péchés ». Les défauts principaux sont donc bien les péchés capitaux.

Leur liste

La liste de ces défauts provient d’Évagre, un grand ascète du IVe siècle en Égypte. Elle fut reprise par Cassien qui fonda le premier monastère en France, puis par Grégoire le grand et Thomas d’Aquin.

JPEG - 94.7 ko
  1. L’orgueil : c’est le plus important des péchés. L’orgueil est un mélange d’arrogance et de complexe de supériorité. La conséquence de l’orgueil consiste à croire que tout nous est dû, en particulier le pouvoir et l’honneur.
  2. L’avarice : c’est une soif de richesses recherchées et accumulées pour elles-mêmes. On peut encore l’appelé la cupidité.
  3. La convoitise : c’est la tristesse ressentie face au bien d’autrui et le désir d’avoir pour soi de ce qui fait son bonheur. Son nom traditionnel est l’envie (au sens « d’être envieux »).
  4. L’emportement : c’est un mouvement désordonné de l’esprit vers une forme d’expression violente, que ce soit en paroles ou en geste. Son nom traditionnel est la colère (mais s’il y a des « saintes colères », il ne saurait y avoir de « saints débordements »).
  5. L’impureté : c’est la curiosité malsaine où l’imagination joue avec les règles de la bienséance pour les transgresser et assouvir ses fantasmes. Avant d’être « un péché contre la chair », elle est d’abord une maladie de l’âme. Son nom traditionnel est la luxure.
  6. La goinfrerie : c’est la recherche démesurée et gratuite de nourriture, et plus largement l’assouvissement démesuré de tout besoin corporel. Son nom traditionnel est la gourmandise.
  7. Le relâchement : c’est la langueur de l’esprit qui cesse de faire des efforts moraux et qui sombre dans l’ennui et l’insensibilité. Son nom traditionnel est la paresse ou acédie.

Cette liste peut sembler factice, mais elle s’avère très efficace. Ainsi, un récent sondage (Ça m’intéresse, fév. 1998) mentionnait comme principales conduites graves les sept conduites suivantes. On peut ainsi s’amuser à retrouver le péché capital qui l’a entraîné :

Les 7 péchés capitaux
Minute Papillon
LanguedePub / Minute Papillon
  1. La corruption.
  2. Le fanatisme.
  3. La drogue.
  4. La pollution.
  5. L’intolérance.
  6. Le gaspillage.
  7. L’indifférence.
  8. Le mensonge.
  9. La passivité.

Répondre à cet article