2. Quels sont les principaux arguments en faveur du dualisme de substance ?

vendredi 25 juillet 2014, par Denis Cerba

En bref : Les deux principaux arguments philosophiques en faveur du dualisme de substance sont « l’argument des propriétés » et « l’argument du doute ».

Le dualisme de substance est une position forte, qui soutient qu’en l’homme le corps et l’esprit sont deux choses de types entièrement différents, et en particulier que l’esprit est une entité non-physique. C’est une théorie plutôt en accord, semble-t-il, avec le sens commun : selon une conception ancienne et répandue, notre « âme » est distincte de notre corps, et cela semble correspondre à l’expérience d’une dualité en nous entre le physique et le mental. Néanmoins, la philosophie réclame des arguments plus précis en faveur de cette position.

La philosophie analytique contemporaine reconnaît deux grands types d’arguments en faveur du dualisme de substance :

  1. l’argument des propriétés,
  2. l’argument du doute.

Ces deux types d’arguments remontent en substance à Descartes, mais ils ont été améliorés par la philosophie contemporaine.

 L’« argument des propriétés »

L’argument des propriétés présente la structure suivante :

  1. Un esprit peut ______.
  2. Aucun objet physique ne peut ______.
  3. Donc : un esprit n’est pas un objet physique.

À partir de cette structure, on obtient un argument précis en remplissant les espaces laissés vides. Par exemple :

  1. Un esprit peut user du langage.
  2. Aucun objet physique ne peut user du langage.
  3. Donc : un esprit n’est pas un objet physique.

Ce type d’argument repose sur le principe de l’indiscernabilité des identiques. [1] Deux choses identiques ont exactement les mêmes propriétés (= sont indiscernables) : si Victor Hugo et « l’auteur des Misérables » sont une seule et même personne, alors ils auront exactement les mêmes caractéristiques (ils auront la même date de naissance, la même nationalité, etc., etc.) — mêmes choses, mêmes propriétés ! Inversement, il découle de ce même principe que si deux choses n’ont pas exactement les mêmes propriétés, alors elles ne peuvent être identiques : propriétés différentes, choses différentes ! C’est ce corollaire qui est utilisé par « l’argument des propriétés » :

L’« argument des propriétés » : s’il existe certaines propriétés que l’esprit possède et qu’aucun objet physique ne peut avoir, alors en vertu du « principe de l’indiscernabilité des identiques », l’esprit ne peut être un objet physique.

Il existe trois grandes propriétés de l’esprit que les dualistes soutiennent ne pouvoir être partagées par aucun objet physique : le fait de pouvoir user du langage, le fait de pouvoir raisonner, et le fait de pouvoir être conscient.

L’« argument des propriétés » se décline donc en trois variantes :

  1. l’argument du langage,
  2. l’argument de la raison,
  3. l’argument de la conscience.

 L’« argument du doute »

Il remonte à Descartes et se présente ainsi :

  1. Je puis douter que j’aie un corps.
  2. Je ne puis douter que j’existe.
  3. Donc : je ne suis pas mon corps.
  4. Donc : je suis mon âme.
  5. Donc : mon âme n’est pas mon corps.

Pour une présentation plus complète et une discussion de la valeur de cet argument, cf. « L’argument du doute » en faveur du dualisme de substance.

Notes

[1Le principe de l’indiscernabilité des identiques ne doit pas être confondu avec le principe (plus connu, mais moins assuré !) de l’identité des indiscernables ! L’« identité des indiscernables » affirme que « Deux choses qui ont les mêmes caractéristiques sont identiques » — ce qui n’est pas la même chose que de dire que « Deux choses identiques ont les mêmes caractéristiques »...

Répondre à cet article