Quels sont les effets du sacrifice de la messe ?

lundi 22 décembre 2014, par theopedie

En bref : La messe est un sacrifice offert d’abord pour glorifier Dieu et pour lui rendre grâce. Mais elle le sacrifice a comme fin secondaire d’expier les fautes commises et de demander des bienfaits (on parle dans ce dernier cas de « prière d’impétrations ») (Concile de Trente, XXII,3).

 Glorification

La fin première et essentielle du sacrifice eucharistique est de « rendre grand le nom du Seigneur » (Malachie 1, 10-11), c’est-à-dire de le sanctifier et de le glorifier. Ici, le Père est glorifié à travers son fils qui à la fois la victime et le sacrificateur (Philippiens 2, 7-11).

 Action de grâce

Le peuple chrétien, comblé de grâces et de bénédictions ( ) doit une reconnaissance à Dieu son créateur et libérateur. Or cette dette de reconnaissance ne peut être satisfaite que dans le sacrifice de la messe puisque là seulement nous avons une victime à la hauteur des grâces reçues. Par ce sacrifice, l’Église offre à la divine Majesté ce qu’elle possède de meilleur, à savoir le corps et le sang de Jésus (Psaumes 115, 12).

JPEG - 114 ko
Le sacrifice de la messe

 Expiation

Presque tout ce qui est frappé de la malédiction du péché « se purifie dans le sang » (Hébreux 9, 22) et, si depuis le sacrifice de la croix la malédiction du péché a été effacée et l’homme réconcilié avec Dieu (Hébreux 9, 26), il faut encore que l’expiation opérée par la croix soit appliquée à chaque homme en particulier. Cette application se fait à travers le baptême et à travers le sacrifice eucharistique, lequel rappelle la mort sanglante du Fils de Dieu et son oblation pour la rémission des péchés (Matthieu 26, 28). Le sang du Christ n’appelle pas en effet la colère de Dieu, mais sa miséricorde (Hébreux 12, 24). Pour davantage de précision, voir article consacré.

 Impétration

Le sacrifice de la messe est enfin offert afin que « nous soyons comblés des grâces et des bénédictions » de Dieu (prière eucharistique 1). La messe est donc offerte aussi pour demander des bienfaits. Cette puissance impétratoire de la messe vient de la valeur du Christ offert en victime, mais plus encore de la valeur du Christ sacrificateur et souverain pontife, lequel intercède constamment pour nous devant Dieu (Romains 8, 34).

Répondre à cet article