Quelle intention est demandée de la part du fidèle ?

jeudi 21 août 2014, par theopedie

Pour ceux qui n’ont pas encore l’usage de la raison, l’intention de l’Église (dans la personne du ministre) suffit. Mais celui qui a l’usage de la raison doit avoir une intention correspondante au sacrement. Ainsi, celui qui reçoit un sacrement par plaisanterie ne le reçoit pas validement. Mais celui qui reçoit un mariage par crainte - pourvu qu’il ait aussi l’intention de recevoir le sacrement - le reçoit validement.

JPEG - 102 ko

L’intention habituelle implicite suffit en soit. Une intention habituelle implicite est une intention contenue dans une autre intention : par exemple, l’intention de vivre en bon chrétien. L’intention habituelle peut même avoir plus de valeur qu’une intention actuelle si elle est plus forte et plus psychologiquement ancrée. Ainsi, une personne qui voudrait recevoir l’onction des malades dans l’absolu mais ne veut pas la recevoir présentement car se croyant en bonne santé, si elle la reçoit, la reçoit validement malgré son refus.

L’intention habituelle explicite est exigée pour l’ordre : la volonté d’embrasser un nouvel état et de nouvelles charges ne peut pas être facilement incluse dans un autre acte de volonté. Pour un motif semblable, certains la demande aussi pour le baptême d’adultes.

L’intention virtuelle est demandée pour le mariage, car dans ce sacrement, le ministre est aussi le sujet.

Répondre à cet article