Quelle est la valeur des écrits chrétiens apocryphes ?

samedi 30 novembre 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

Les écrits apocryphes chrétiens sont les écrits datant d’avant le IVe siècle et considérés comme secondaires par rapport aux textes classiques (ou textes canoniques).

Les évangiles apocryphes
Documentaire KTOTV
KTOTV

Parmi eux, se trouvent l’Évangile de Thomas, de Marie-Madeleine, les Actes d’André et de Matthieu, l’Apocalypse apocryphe de saint Jean, les oracles sibyllins, les Pseudo-clémentines, l’Évangile selon les Hébreux., etc. A cause de la très grande masse de ces écrits apocryphes, il est difficile de porter un jugement général sur cette littérature : chaque écrit mériterait une appréciation personnalisée en fonction de sa valeur. Par exemple, le pasteur d’Hermas est considéré comme un écrit apocryphe, mais ayant quasi valeur canonique. Le protoévangile de Jacques, quoique non canonique et ayant un goût prononcé pour le merveilleux, était lu dans la liturgie pendant les fête d’Anne et Joachim, les parents de Marie. A l’inverse, l’évangile de Thomas est un évangile gnostique marginal et ayant peu de valeur historique. Difficile donc de porter un jugement général.

Il n’en demeure pas moins qu’en première approche, un texte « apocryphe » (« apocryphe » signifiant en grec « caché » ou « ésotérique ») peut être considéré comme étant de valeur secondaire pour plusieurs raisons :

  • leur origine et la communauté qui les a vu naître est plus obscure que les écrits classiques.
  • ils se démarquent généralement par un goût marqué pour le fabuleux et la fiction. Par contraste, les écrits canoniques se révèlent beaucoup plus sobres.
  • les écrits canoniques offrent un plus grand souci historique, ayant soin de présenter les événements qu’ils racontent en relation avec la grande histoire.
  • les textes apocryphes sont souvent des pièces à thèse, écrits pour défendre les intérêts d’une secte chrétienne, généralement gnostiques.

Malgré ces remarques générales, il n’en reste pas moins que chaque écrit apocryphe demanderait un jugement plus personnalisé.

Père Armogathe : les Évangiles apocryphes
Le point de vue du père Armogahte : un point
de vue engagé mais qui met à juste titre
l’insistance sur la simplicité des écrits canoniques.
KTOTV

Répondre à cet article