Quelle est la valeur de l’évangile selon Philippe ?

jeudi 28 novembre 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

L’évangile selon Philippe est un écrit apocryphe retrouvé dans la bibliothèque égyptienne de Nag-Hammadi. Le manuscrit date du IVe siècle, mais on ne saurait dire à quelle époque il fut pour la première fois rédigé. Cet évangile est célèbre pour la descriptions qui y est faite des relations entre Jésus et Marie-Madeleine, décrits comme étant époux :

Marie Madeleine et les apocryphes
Documentaire « Les mystères de la Bible »
pilot elack

[Quant à Ma]rie Ma[de]leine, le S[auveur l’aimait] plus que [tous] les disci[ples et il] l’embrassait sur la [bouche sou]vent. Le reste des [disciples] [ . . ] . . . . . [ . ] . [ . . ] . . ils lui dirent : « Pourquoi l’aimes-tu plus que nous tous ? » Le Sauveur répondit et leur dit « Pourquoi ne vous aimé-je pas comme elle ? » (§55)

On évitera toutefois de projeter une interprétation sexuelle sur ce texte. Dans les courants gnostiques dont est issu ce texte, les relations charnelles sont fortement dévalorisées : elles proviennent de la faute d’Adam et s’opposent aux unions spirituelles que le Christ est venu rétablir sur terre.

[Personne ne peut] savoir quel jo[ur l’homme] et la femme s’unissent ensemble, sinon eux-mêmes. En effet, le mariage en ce monde est le secret de ceux qui ont pris femme. Si le mariage de la souillure est caché combien plus le mariage immaculé est-il un véritable mystère. Il n’est pas charnel mais pur ; il n’appartient pas au désir mais à la volonté, il n’appartient pas à l’obscurité et à la nuit, mais il appartient au jour et à la lumière. Un mariage, s’il s’expose, devient fornication. Et l’épouse a forniqué, non seulement lorsqu’elle reçoit la semence d’un autre homme, mais même lorsqu’elle quitte sa chambre et qu’on la voit. Qu’elle se montre seulement à son père et à sa mère, à l’ami de l’époux et aux enfants de l’époux. À ceux-ci il est permis de pénétrer à chaque jour dans la chambre nuptiale. Quant aux autres, qu’ils désirent seulement entendre sa voix et jouir de son parfum, et qu’ils se nourrissent des miettes qui tombent de la table comme les chiens. Époux et épouses appartiennent à la chambre nuptiale. Personne ne peut voir l’époux ni l’épouse à moins d’en être.(§122)

Quoi qu’il en soit des relations conjugales en milieu gnostique, il n’en reste pas moins que l’évangile selon Philippe est un document historique secondaire que l’on ne saurait comparer avec les évangiles canoniques. Il n’est pas suffisamment attesté quant à sa réception et nous n’avons qu’un manuscrit tardif. De plus, il reflète trop la théologie d’une secte gnostique pour qu’on puisse lui accorder une réelle objectivité historique.

Répondre à cet article