Quelle est la place de l’onction des malades parmi les sacrements ?

mercredi 18 mars 2015, par theopedie

En bref : L’onction des malades est à la confession ce que la confirmation est au baptême.

L’onction sacramentelle des malades (parfois appelée « extrême onction ») entretient un rapport étroit avec le sacrement de réconciliation (la « confession ») dont elle est destinée à compléter les effets, voire dans certains cas, suppléer.

JPEG - 266.8 ko
L’onction des malades

Le sacrement de la pénitence, qui a été institué pour effacer les péchés, ramène dans l’âme la vie de la grâce et guérit, du moins en partie, les blessures faites par le péché. L’onction des malades complète la guérison commencée dans le sacrement de la pénitence et efface les restes et les conséquences malheureuses du péché.

Les deux sacrements de l’onction tirent des plaies des mains du sauveur la force qu’ils doivent nous communiquer pour agir en vue du royaume de Dieu. La confirmation nous fortifie pour le combat de la vie chrétienne par la foi, l’extrême onction nous fortifie pour le combat de la mort chrétienne par la vertu de l’espérance (Laurent, Christol 99)

Mais la forme et les armes qui sont nécessaires pour combattre victorieusement le combat de la vie et celui de la mort sont différentes, et la diversité des combats expliquent la diversité des sacrements.

Répondre à cet article