Quelle est la morale de l’histoire de Caïn et d’Abel ?

dimanche 1er décembre 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

Caïn et Abel est un poème qui raconte l’histoire du premier meurtre humain. La morale de ce poème est de montrer comment le mal va en se multipliant et quelles en sont les conséquences :

  • Adam et Ève, les parents de Caïn et d’Abel, ont péché par orgueil mais sans que leur faute n’ait de conséquence extérieur. Ils sont à la fois responsables et victimes de leur péché, mais il n’y a pas de « dommage collatéral ».
    PNG - 355.5 ko
    Caïn tue Abel
    gravure de Gustave Doré

  • Avec Caïn et Abel, la violence va en s’extériorisant et en se multipliant. Pour la première fois, du sang est versé et la terre, en le buvant, devient maudite et stérile.
  • Caïn institue par la suite la vengeance à raison de 7 pour 1 : « Aussi bien, si quelqu’un tue Caïn, on le vengera sept fois et Yahvé mit un signe sur Caïn, afin que le premier venu ne le frappât point. »
  • Avec Lamek, un petit-fils de Caïn, la vengeance devient instituée à raison de 77 pour 1 : « Ada et Çilla, entendez ma voix, femmes de Lamek, écoutez ma parole : J’ai tué un homme pour une blessure, un enfant pour une meurtrissure. C’est que Caïn est vengé sept fois, mais Lamek, septante-sept fois ! »

La morale de ce poème est la suivante : le mal en se multipliant institue une justice violente. La civilisation humaine, l’institution des villes, la découverte du cuivre, l’exploitation agricole, toutes les découvertes humaines dont parle le texte sont marquées par cette explosion vengeresse.

Répondre à cet article