Quelle est la malédiction liée du premier péché ?

mercredi 29 janvier 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Le péché originel entraîne une dégradation de la condition humaine : l’innocence et l’harmonie biologique, psychologique et spirituelle que connaissait l’humanité au sortir de l’animalité est perdue.

Outre la découverte de leur nudité et l’expulsion hors du jardin d’Éden, voici la manière dont la Genèse rapporte les conséquences du premier péché :

JPEG - 64.7 ko
Le Péché originel
Ecole espagnole

Le Seigneur dit ensuite à la femme : « Je rendrai tes grossesses pénibles, tu souffriras pour mettre au monde tes enfants. Tu te sentiras attirée par ton mari, mais il dominera sur toi. » Il dit enfin à l’homme : « Tu as écouté la suggestion de ta femme et tu as mangé le fruit que je t’avais défendu. Eh bien, par ta faute, le sol est maintenant maudit. Tu auras beaucoup de peine à en tirer ta nourriture pendant toute ta vie ; il produira pour toi épines et chardons. Tu devras manger ce qui pousse dans les champs ; tu gagneras ton pain à la sueur de ton front, jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu as été tiré. Car tu es fait de poussière, et tu retourneras à la poussière. »

Gn 3, 16-19 (Bible en Français Courant)

Cette malédiction exprime en réalité le traumatisme lié au péché et la la perte de l’harmonie originelle dont l’homme jouissait auparavant moyennant la grâce de Dieu :

  • perte de l’harmonie spirituelle (la nudité symbolisant la perte de la grâce) ;
  • perte de l’harmonie politique (domination entre l’homme et la femme) ;
  • perte de l’harmonie naturelle (le sol devient stérile) ;
  • perte de l’harmonie vocationnelle (la mort est le terme de la vie humaine) ;
  • perte de l’harmonie psychologique (expulsion hors du paradis).
GIF - 160.6 ko
Le péché originel
Le Péché originel, Masolino
Adam et Ève chassés du Paradis terrestre, Masaccio

L’explication

Voici la manière dont saint Thomas d’Aquin fait l’exégèse de ce passage (IIa IIae 442,2) :

Il faut répondre que, comme nous l’avons dit (art. préc.), nos premiers parents ont été privés à cause de leur péché de la grâce de Dieu qui maintenant dans leur condition humaine une parfaite harmonie, et par suite de la soustraction de cette grâce la condition humaine est tombée dans des défauts qui sont des châtiments. Ils ont été ainsi punis de deux manières :

  • Ils l’ont été en ce qu’ils ont perdu l’harmonie de leur condition, c’est-à- dire qu’ils ont été chassé du lieu du paradis terrestre ; ce que la Genèse exprime (Gn 3,23) en disant : « Dieu le chassa du paradis de volupté ». Et, pour signifier qu’il ne pouvait pas retrouver par lui-même cette harmonie originelle, la Bible mentionne les obstacles l’empêchant de retourner à ce qui constituait son état primitif ; le privant ainsi de son ancienne nourriture et lui interdisant de toucher à l’arbre de vie : et c’est pour cela que Dieu mit devant le paradis un chérubin avec un glaive de feu.
  • Ils ont été punis en ce qu’on leur a attribué les peines qui conviennent à leur condition privée de la grâce originelle, et cela quant au corps et quant à l’âme.
JPEG - 27.4 ko
Le péché originel
Mosaïque

Malédiction corporelle

Quant au corps d’où vient la différence des sexes, la peine de la femme n’a pas été la même que celle de l’homme.

  • La femme a été punie sous les deux rapports pour lesquels elle est unie à l’homme : la génération des enfants et la communication des œuvres qui appartiennent à la vie domestique.
    • Par rapport à la génération, elle a été punie de deux manières : Quant à l’ennui qu’elle endure en portant l’enfant dans son sein, et c’est ce que la Bible explique quand il est dit (Gn 3,16) : Je multiplierai vos maux pendant votre grossesse. Quant à la douleur qu’elle éprouve en enfantant, et dont il est dit : Vous enfanterez dans la douleur.
    • Relativement à la vie domestique elle est punie selon qu’elle est soumise à la domination du mari, d’après ces paroles : Vous serez sous la puissance de l’homme.
  • Mais comme il appartient à la femme d’être soumise à l’homme en ce qui appartient à la vie domestique ; de même il appartient à l’homme de lui procurer ce qui est nécessaire à la vie. A cet égard il est puni de trois façons :
    • par la stérilité de la terre, puisqu’il est dit : La terre sera maudite à cause de vous ;
    • par la peine du travail qui est nécessaire pour que la terre donne des fruits, et c’est ce qu’expriment ces paroles : Vous n’en retirerez de quoi vous nourrir tous les jours de votre vie qu’avec beaucoup de travail ;
    • à cause des obstacles que rencontrent ceux qui cultivent la terre ; d’où il est dit : elle produira pour vous des épines et des ronces.
JPEG - 95.2 ko
Adam et Eve chassés du paradis
Di Paolo

Malédiction spirituelle

De même du côté de l’âme il y a trois sortes de peines.

  • La première se rapporte à la confusion qu’ils éprouvèrent à l’occasion de la rébellion de la chair contre l’esprit ; d’où il est dit : Leurs yeux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus.
  • La seconde regarde le reproche que Dieu leur fit de leur propre faute ; c’est ce qu’indiquent ces mots : Voilà qu’Adam est devenu comme un de nous.
  • La troisième a pour objet le souvenir de leur mort future, d’après ces paroles : Vous êtes poussière et vous retournerez en poussière. C’est pour cela que Dieu leur mit des tuniques de peaux en signe de leur mortalité (4).

P.-S.

Les malédictions liées à l’homme et à la femme sont à interpréter dans un sens plus large que le seule contexte de la condition sexuée, tant il est vrai que les hommes peuvent être soumis à leurs femmes et que les femmes connaissent aussi la pénibilité du travail. De manière plus profonde, la malédiction portée contre la femme représente la malédiction de la sensibilité humaine devenue source d’aliénation tandis que la malédiction portée contre l’homme représente la malédiction de l’effort humain devenu stérile.

Cette interprétation se place dans le contexte de l’anthropologie platonicienne qui distingue le désir concupiscible (ou sensibilité) et le désir irascible (ou tonus).

Portfolio

Le péché originel

Répondre à cet article