Quelle est la différence entre validité, dignité et licéité sacramentelles ?

jeudi 22 mai 2014, par theopedie

En bref : La validité concerne l’objectivité du signe. Si un sacrement est une icône véritable de la grâce divine, il est valide. La dignité concerne la perfection morale d’un sacrement et la licéité sa perfection juridique.

Plutôt que de « dignité », la tradition théologique parle de « licéité » : le premier terme désigne la perfection morale et liturgique et le deuxième l’autorisation juridique. Un sacrement est digne s’il est licite.

Les deux notions de « valide » et de « licite » se situent en deux plans différents.

  • La validité se situe au plan l’objectivité du sacrement. Le sacrement est valide s’il est objectivement une icône de la grâce. Par exemple, une messe est valide si elle est objectivement un signe adéquat de ce qui est signifié dans une messe, à savoir la grâce de la communion avec Dieu. Pour qu’un sacrement soit valide, il faut que les conditions « ad validitatem » soient réunies. Voir par exemple les conditions ad validitatem de la messe.
  • La licéité se situe au plan disciplinaire et juridique : il s’agit des questions de permissions de célébrer, du nombre de célébrations, etc. Par exemple, un prêtre peut-il célébrer plusieurs messes par jour ? Voir les conditions ad liceitam de la messe.

Ces deux notions ne s’impliquent pas. Un prêtre peut avoir célébré une messe valide non licite, s’il s’agissait par exemple de sa deuxième messe (étant sauves les conditions du canon 905). Une messe peut être licite sans être valide, si par exemple le prêtre avait oublié de mettre du vin dans le calice.

Répondre à cet article