Quelle est la différence entre grâce prévenante et grâce subséquente ?

vendredi 1er novembre 2013, par theopedie

Les théologiens du Moyen-Âge, en plus de la distinction entre grâce sanctifiante et grâce habituelle, opérante et coopérante, connaissaient une autre distinction : celle de la grâce prévenante et de la grâce subséquente. Cette distinction se réfère à l’antériorité ou la postériorité d’un effet de la grâce par rapport à un autre, en sorte que, pour faire droit à cette division, le théologien n’a qu’à regarder les effets successifs de la grâce : la guérison de l’âme, le fait de vouloir le bien, de le réaliser effectivement, sa persévérance, etc. Et comme chaque effet peut être envisagé soit par rapport à celui qui le suit, soit par rapport à celui qui le précède, la grâce en chacun sera prévenante ou subséquente selon le point de vue auquel on se place. La conversion du pécheur est une grâce prévenante par rapport à la volonté de faire le bien qui la suite. Et celle-ci, qui est grâce subséquente par rapport à la conversion, est prévenante par rapport à tel acte concret de charité que fait le converti.

Lorsque les théologiens postérieurs à saint Thomas emploieront le terme de grâce prévenante, ce sera cependant dans un tout autre sens : au lieu de référer l’effet envisagé à un autre effet, le terme de la relation sera simplement la volonté libre que la grâce prévient.

P.-S.

Cet article est extrait de : Initiation théologique (Manuel du Sauchoir, tome III, 1955).

Répondre à cet article