Quelle doit être le contenu de l’intention du consécrateur ?

dimanche 23 novembre 2014, par theopedie

 Qualité objective

Concrètement, le contenu de l’intention doit être au minimum le suivant : il s’agit, en prononçant les paroles consécratoires, d’accepter de faire ce que l’Église entend faire par ce sacrement : donner le corps et le sang du Christ comme nourriture et comme breuvage. L’Église est en effet sur terre le lieutenant – l’épouse – du Christ. Se soumettre à l’Église, c’est donc se soumettre au Christ.

 Qualité subjective

26. Si l’intention n’est pas actuelle dans l’acte même de la consécration à cause du vagabondage de l’esprit, mais que cette intention soit seulement virtuelle, puisqu’en montant à l’autel il a l’intention de faire ce que fait l’Église, le sacrement est réalisé ; toutefois le prêtre doit veiller à avoir aussi une intention actuelle. Ordo missae, 1965

Traditionnellement, notons que l’un des buts de l’épiclèse est d’expliciter cette intention.

GIF - 68.6 ko
L’épiclèse sur le pain et le vin
Rite ordinaire précédant la consécration

 Cas particuliers

L’intention nécessaire pour la validité peut se retrouver mêmes chez certains hérétiques et chrétiens séparés, et si cet hérétique ou chrétien séparé a été validement ordonné, l’eucharistie est alors valide quoique non licite. Subjectivement, l’intention actuelle n’est pas requise mais au moins l’intention implicite.

Mais,

  • quelqu’un consacrant par amusement ne consacre pas validement,
  • pas plus que ne consacre validement celui qui ne voudrait consacrer qu’une partie des oblats présentés,
  • ou encore celui qui ne voudrait consacrer qu’un seul oblat (pain ou vin).

Répondre à cet article