Quel fut le génie du premier homme ?

vendredi 27 décembre 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

JPEG - 21.7 ko
Adam nommant les animaux

Certains détails du poème biblique concernant Adam laissent penser qu’Adam disposait de privilèges extraordinaires, notamment dans le domaine intellectuel. De fait, « Adam » n’est qu’un surnom permettant de désigner le « premier homme », c’est-à-dire le premier animal doté d’une conscience morale, celui-là même qui découvrit le bien et le mal. La Bible le dit à sa façon en décrivant « Adam » comme vivant auprès de l’arbre du bien et du mal. Et sans aucun doute, cette découverte fait d’Adam l’un des plus grands génies moral et spirituel de l’humanité. (La théologie chrétienne classique parle à propos d’un tel génie spirituel de « connaissance infuse »).

Paradoxalement, dire qu’« Adam » était le premier animal humain génial permet de le rapprocher de la condition animale qu’il venait pourtant de quitter :

  • le génie partage certaines caractéristiques cognitives de l’instinct animal. Le génie, comme l’instinct, ne procède ni par abstraction ni par déduction, mais par mode d’intuition et d’évidence spontanées.
  • le génie se distingue en revanche de l’instinct animal, par sa portée : l’instinct animal ne porte que sur la manière de jouir de la vie biologique tandis que le génie humain porte sur les domaines des réalités spirituelles et rationnelles.

Les animaux pensent-ils ?
Documentaire arte
Ake mi

Mais, en dehors de son génie moral, Adam aurait-il eu un génie encore plus étendu ? Selon le livre de la Genèse, ce fut Adam qui donna à chaque animal son nom. La tradition s’est plu à voir dans cette nomination un privilège intellectuel : le nom est censé représenter l’essence d’une chose. Mais Adam aurait-il pu être génial au point de connaître l’identité profonde de chaque animal pour lui conférer un nom adéquat ? Cela semble peu probable. En réalité, la nomination des animaux par Adam semble surtout exprimer sa supériorité sur le monde animal, le fait qu’il soit capable de dominer et de domestiquer les animaux. Plus loin dans la Bible, le livre de l’Ecclésiaste interprète le génie d’Adam uniquement dans le sens d’un génie moral :

Le Seigneur créa l’homme en se servant de terre, c’est à la terre aussi qu’il le fait retourner. Il donne aux humains un temps limité pour vivre ; il a fixé pour eux l’époque de leur vie, mais il leur a confié l’autorité sur terre. Les ayant créés à sa propre ressemblance, il les a revêtus d’un pouvoir, eux aussi, pouvoir de dominer animaux ou oiseaux et de faire trembler tout ce qui vit sur terre. Il leur a façonné une langue, des yeux, des oreilles et il leur a donné un cerveau pour penser, les remplissant d’intelligence et de savoir et leur faisant connaître le bien et le mal. Dans leur cœur, il a mis un peu de sa lumière, pour leur montrer combien ce qu’il fait est grandiose. Ils peuvent donc le célébrer, lui l’unique, en racontant partout la grandeur de ses œuvres.
Si 17, 1-9 (Bible en Français Courant)

JPEG - 81.9 ko
Adam parlant du bien et du mal
à ses proches
(il s’agit en fait d’hommes néandertaliens)

En conclusion, il semble plus prudent de limiter le génie d’Adam à la sphère morale, même si, par l’ampleur de son génie moral, Adam était certainement génial aussi dans d’autres domaines de la vie.

Répondre à cet article