Quel était le bonheur de l’humanité à l’origine ?

lundi 16 décembre 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

À l’origine, l’humanité vivait dans un bonheur naturel, sans être marquée par la fragilité et la violence du péché. La théologie classique parle, à cet égard, d’une « innocence originelle ». Ce terme de bonheur désigne un ensemble de rapports harmonieux sans défauts :

JPEG - 24.1 ko
(par rmjimenez)

  • Harmonie spirituelle : la conscience de l’homme, sa raison et sa volonté étaient au service de Dieu, source du beau et du bien.
  • Harmonie psychologique : les facultés humaines inférieures (l’imagination, la sensibilité) étaient au service des facultés humaines supérieures (raison et volonté).
  • Harmonie politique : respect des hommes entre eux.
  • Harmonie physique : l’homme trouvait naturellement sa place dans le monde physique.
  • Harmonie vocationnelle : le passage de la vie terrestre à la vie céleste n’était pas vécu comme un drame mais comme un accomplissement.

Telle était le bonheur que connaissait l’humanité à son origine lorsque le premier animal humain découvrit le bien et le mal, bonheur qu’il devait transmettre à ses descendants. Notons que ces différentes dimensions de l’harmonie humaine (vocationnelle, physique et psychologique) découlaient de l’harmonie spirituelle. L’harmonie spirituelle dans laquelle vivait l’homme était pour lui une source d’énergie et de grâce.

Répondre à cet article