Quel est le rapport entre foi et charité ?

mardi 28 juin 2016, par theopedie

En bref : La charité n’est pas nécessaire pour avoir la foi : « les démons croient aussi en Dieu, et pourtant ils tremblent ». Mais il n’en reste pas moins que la charité perfectionne et vivifie la foi de son ardeur. C’est ainsi que l’on parle de « la foi rendue vivante par la charité ».

Plus précisément, si la foi est adhésion aux vérités révélées, c’est l’amour et la charité envers Dieu qui donnent à cette adhésion toute sa perfection. C’est par amour de Dieu que nous lui faisons spontanément confiance. Comment aimer, sans être avide d’entendre la parole de l’ami, et sans être heureux de s’abandonner à sa parole ? La confiance que l’amour appelle devient une preuve de cet amour.

Le croyant à la foi morte et dénuée de charité ne met Dieu dans sa vie que en marge, comme une idée dans un système, comme une idée faite de gestes, de coutumes et de rites permettant de se rassurer de loin en loin sur sa place dans l’univers. Les rapports avec Dieu sont sans attraits et sans intimité et le respect de la loi divine n’est pas rendu léger par l’amour qui le sous-tend et l’explique.

Inversement, pour la foi vive, Dieu n’est pas une abstraction, mais une réalité rendue présente dans l’amour. Il est l’attrait le plus victorieux du cœur, il est aimé comme un être vivant. Cette intimité vivifie la foi pour en faire une lumière plus sûre et plus ardente. La foi devenue vivante par la charité rayonne à son tour dans la conscience : elle est l’esprit de foi, le « sensus fidei », une certaine intuition de réalités spirituelles qui dirige la vie morale.

Si la charité perfectionne la foi, la foi n’est pas pour autant une aide superflue pour la charité. La foi est l’adhésion à la révélation : c’est donc la foi qui est première dans la genèse de notre vie spirituelle. C’est encore elle qui nous fait adhérer à cette vérité essentielle et au sommet de la révélation : Dieu est amour et nous sommes appelés à l’aimer. La foi suscite « naturellement » la charité.

Répondre à cet article