Quel est le plus grand miracle de Jésus ?

jeudi 27 juin 2013, par theopedie

Selon ses contemporains, Jésus faisait des miracles étonnants : il aurait redonné la vie à un homme mort, il aurait nourri des milliers de personnes avec quelques pains, etc. Mais, le plus grand miracle de Jésus, celui qui suscitait le plus d’étonnements et le plus d’espoirs, était un pouvoir en apparence plus banal pour nous : le pouvoir de pardonner les péchés.

En réalité, ce pouvoir était considéré comme si grand pour la foule qui entourait Jésus qu’il surpassait en puissance sa capacité à guérir les gens. C’était un pouvoir si extra-ordinaire qu’il était assimilé à une qualité divine et le seul fait de le revendiquer pour soi constituait déjà un blasphème passible de mort :

La predication de Jésus
suivie de la guérison du paralytique
Extrait du film de Zeffirelli
theopedie

Jésus était de retour à Capharnaüm, et la nouvelle se répandit qu’il était à la maison. Tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, même devant la porte. Il leur annonçait la Parole. Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes. Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon fils, tes péchés sont pardonnés. »

Or, il y avait dans l’assistance quelques scribes qui raisonnaient en eux-mêmes : « Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » Saisissant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu’ils faisaient, Jésus leur dit : « Pourquoi tenir de tels raisonnements ? Qu’est-ce qui est le plus facile ? de dire au paralysé : ’Tes péchés sont pardonnés’, ou bien de dire : ’Lève-toi, prends ton brancard et marche’ ? Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre, je te l’ordonne, dit-il au paralysé : Lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi. » L’homme se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. Tous étaient stupéfaits et rendaient gloire à Dieu, en disant : « Nous n’avons jamais rien vu de pareil. »

Marc 2,1-12

Dans cet épisode, on voit que la guérison physique est utilisée par Jésus comme un moyen de prouver qu’il pouvait pardonner les péchés. D’une certaine manière, ceci est vrai de tous les miracles de Jésus. Jésus ne faisait jamais de miracle de façon gratuite : un miracle, comme une parabole, était toujours pour lui une manière d’illustrer la miséricorde de Dieu. Jusqu’alors, il fallait offrir des sacrifices de réparation au temple pour être pardonné de ses péchés, et l’on était jamais tout à fait sûr d’être pardonné. Avec Jésus, le pardon devient plus accessible et plus « visible ».

JPEG - 144.8 ko
L’appel de Matthieu
Matthieu était un pécheur qui aban-
donna tout pour suivre Jésus.
Tableau du Caravage.

Pardonner les péchés peut sembler être un « petit » miracle. Ne suffit-il pas, après tout, de dire « Je te pardonne tes péchés » ? Mais, en réalité, pour pouvoir pardonner les péchés, il faut :

  1. être soi-même au-dessus du péché ;
  2. être reconnu comme autorité et juge en la matière ;
  3. pouvoir réparer le mal commis ;
  4. pouvoir détourner l’esprit de celui qui a fait le mal de son péché et l’inciter à faire le bien.

La vie de Jésus montre qu’il possédait ses qualités :

  1. Ses contemporains avaient surnommé Jésus « l’agneau de Dieu », c’est-à-dire celui qui ne porte aucun péché en lui ;
  2. Lors de son ablution publique avec Jean le baptiste, Dieu avait reconnu en Jésus son propre fils ;
  3. Jésus était capable de guérir les maladies (assimilées à des traces de péchés), de ressusciter les morts, etc ;
  4. Jésus enseignait la voie de la vertu et de nombreux pécheurs suivirent Jésus pour changer de vie.

Avec Jésus, les sacrifices et le spectacle du merveilleux deviennent des choses secondaires dans la religion : ce qui devient premier est cet esprit de charité et de miséricorde qui caractérise Dieu et qu’il faut imiter.

Répondre à cet article