Quel est l’idéal fondamental de l’humanité ?

mardi 28 juillet 2015, par theopedie

En bref : St. Augustin écrit : « Tout les hommes aspirent à un même idéal : connaître le bonheur. »

On peut envisager de deux manières l’idéal humain, suivant que l’on considère la fonction essentielle de l’idéal ou l’objet qui est à la source de cet idéal. Si l’on considère la fonction d’un idéal, tous les hommes convergent dans une même aspiration. En effet, tous aspirent à réaliser leur propre plénitude, et telle est la fonction que doit remplir l’idéal fondamental de l’humanité, comme nous venons de le dire. Mais quant à ce qui permet d’accomplir une telle plénitude, les hommes sont d’avis différents. Les uns aspirent à la richesse comme perfection intégrale , d’autres à la jouissance, ou encore à autre chose. Ainsi une saveur douce est agréable à tous les palais ; mais les uns préfèrent la douceur du vin, d’autres celle du miel ou de quelque autre substance.

Toutefois, à bien considérer les choses, la douceur qu’on doit juger absolument parlant la plus délectable est celle où se complaît la personne de meilleur goût. Et ainsi, on doit reconnaître comme perfection intégrale l’idéal suprême d’une personne dont l’affectivité est bien réglée.

Objections et réponses :

1. L’idéal suprême réside par excellence dans la perfection éternelle. Or certains se détournent de la perfection éternelle par le péché. Tous les hommes n’ont donc pas le même idéal suprême.

• Sans doute le pécheur s’écarte de l’objet qui est à la source de notre idéal suprême ; mais il n’en garde pas moins l’intention de ce but, qu’il cherche à tort dans d’autres choses.

2. Toute la vie d’une personne se règle d’après son idéal fondamental. Donc, si tous les hommes n’avaient qu’un seul idéal, il s’ensuivrait qu’il n’y aurait pas dans la vie des hommes différents centres d’intérêts, ce qui est évidemment faux.

• Il y a dans la vie différents centres d’intérêts, à cause des objets divers dans lesquels on recherche ce qui a raison de perfection intégrale.

3. L’idéal est le terme de l’action, et les actions sont le fait des individus. Donc il n’y a d’idéal que des idéaux individuels. Et si tous les hommes ont une même condition personnelle, ils diffèrent cependant par tout ce qui les individualise. Ils ne peuvent donc avoir tous un même idéal suprême.

• Si les actions sont le fait d’individus, pourtant le fondement de notre comportement est inspiré par notre condition humaine, laquelle aspire en tout homme à l’équilibre et à l’unité, ainsi que nous l’avons dit.

P.-S.

Cet article est basé sur un article de la somme de théologie, Ia IIae. Il ne prétend pas en être une traduction littérale, mais une lecture personnelle. Pour une traduction littérale, voir ici, pour une explication des choix de lecture, voir ici.

Répondre à cet article