Que symbolise la découverte de la nudité ?

lundi 27 janvier 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Avant le péché, les pulsions étaient en harmonie avec la volonté ; suite au péché, la volonté s’étant détournée de Dieu, les pulsions devinrent comme déséquilibrées. D’où une honte de la nudité qui n’existait pas auparavant.

La première conséquence du péché d’Adam et Eve est la découverte de leur nudité :

JPEG - 281.8 ko
Adam et Eve
Anatomes totius aere insculpta delineatio, Vésale, Gemini, XVIe

Alors ils se virent tous deux tels qu’ils étaient, ils se rendirent compte qu’ils étaient nus. Ils attachèrent ensemble des feuilles de figuier, et ils s’en firent chacun une sorte de pagne. Le soir, quand souffle la brise, l’homme et la femme entendirent le Seigneur se promener dans le jardin. Ils se cachèrent de lui parmi les arbres. Le Seigneur Dieu appela l’homme et lui demanda : « Où es-tu ? » L’homme répondit : « Je t’ai entendu dans le jardin. J’ai eu peur, car je suis nu, et je me suis caché. » — « Qui t’a appris que tu étais nu, demanda le Seigneur Dieu ; aurais-tu goûté au fruit que je t’avais défendu de manger ? » L’homme répliqua : « C’est la femme que tu m’as donnée pour compagne ; c’est elle qui m’a donné ce fruit, et j’en ai mangé. »

Gn 3, 7-12 (Bible en Français Courant)

Cette nudité s’interprète dans la théologie classique comme la rébellion de la chair contre l’esprit : suite au péché, l’âme humaine a perdu sa grâce et son énergie spirituelle et n’a plus été capable de maintenir l’harmonie psychique intérieure. Avant le péché, les pulsions étaient en harmonie avec la volonté ; suite au péché, la volonté s’étant détournée de Dieu, les pulsions devinrent comme déséquilibrées. D’où une honte et une fragilité qui n’existaient pas auparavant. Voici le commentaire qu’apporte saint Thomas d’Aquin (IIa IIae 441) :

JPEG - 39.8 ko
La tentation d’Adam et Ève
Cranach, 1528

L’homme, dans sa condition originelle, avait reçu de la Providence cette grâce, de manière que tant que son âme serait soumise à Dieu, ses puissances psychiques inférieures devraient être soumises à sa raison et son corps obéir à son intelligence. Mais parce que l’âme humaine s’est écartée par le péché de l’ordre divin, il s’en est suivi que les puissances psychiques inférieures n’ont plus été totalement soumises à la raison. Et il est résulté de là une si grande révolte des pulsions charnelles contre la raison que le corps n’a plus été totalement soumis à l’âme, et c’est ce qui a produit la mort et les autres défauts corporels. Car la vie et l’intégrité du corps consistent en ce qu’il soit soumis à l’âme, comme ce qui est perfectible est soumis à sa perfection. Par conséquent, par opposition, la mort et les maladies et tous les autres défauts corporels proviennent de ce que le corps n’est pas soumis à l’âme. D’où il est évident que, comme la rébellion des pulsions charnelles contre l’esprit est la peine du péché de nos premiers parents, de même aussi la mort et tous les défauts corporels.

On pourra opposer cette image spirituelle de la nudité à une autre image : celle de la robe des noces, laquelle dans le Nouveau Testament symbolise l’homme revêtu de la grâce divine et de la miséricorde.

Répondre à cet article