Que signifie le terme de caractère sacramentel ?

mercredi 13 août 2014, par theopedie

En bref : Le caractère sacramentel est une marque spirituelle indélébile, un sceau laissé à l’occasion d’un sacrement par le Christ dans l’âme du fidèle.

Le terme de caractère est à prendre non dans un sens psychologique (le caractère d’un homme) mais dans un sens physique (par exemple un caractère d’imprimerie). On pourrait encore parler d’estampe ou d’empreinte : la grâce du Christ, en venant dans l’âme d’un homme pour la renouveler, la marque à son image.

JPEG - 27.1 ko
Sceau médiéval venant de l’Yonne

Nous sommes marqués de l’Esprit Saint, afin que nous puissions garder sa splendeur, sa ressemblance et sa grâce, ce qui est assurément un sceau spirituel. Bien que, en apparence et visiblement ce soit notre corps qui est marqué, en réalité cependant c’est notre cœur, afin que l’Esprit Saint imprime en nous l’image céleste (Saint Ambroise)

Un tel caractère est reçu au baptême, à la confirmation et à l’ordination (Cf. l’article consacré). Il exprime la consécration et l’offrande qu’un fidèle fait de son âme à son créateur : de même que cette consécration est inaliénable, et ceci quelque soit la sainteté et l’histoire individuelle, de même ce caractère est ineffaçable (et donc non réitérable).

Les comparaisons traditionnelles sont le sceau ou la marque par cautérisation (comme la marque sur les soldats romains ou la flétrissure chez les forçats. De même que cette marque sur les soldats ne se renouvelle pas, de même le caractère sacramentel ne se réitère pas : le déserteur possède le « signaculum militare » et il est pour lui non pas un moyen d’obtenir une couronne, mais une marque de condamnation. Inversement, si le déserteur reprend service, on ne songe point à renouveler sa marque.

JPEG - 8 ko
Marque au fer rouge

Personne ne saura que tu es avec nous ou avec nos adversaires, si tu ne prouves, par les signes mystérieux, que tu fais partie de la famille chrétienne et si tu n’as pas été marqué par la lumière de la face du Seigneur. Comment l’Ange te défendra-t-il, comment te délivrera-t-il de tes ennemis, s’il n’aperçoit point en toi le sceau ? Comment peux-tu dire : J’appartiens à Dieu, si tu ne portes en toi-même les signes par lesquels on distingue les siens ? Les voleurs dérobent facilement un trésor non scellés ou une brebis non marqué (saint Basile)

Portfolio

Sceau médiéval venant de l'Yonne Marque au fer rouge

Répondre à cet article