Que signifie le terme d’ordination ?

dimanche 26 avril 2015, par theopedie

En bref : Au sens large, l’ordination signifie l’incorporation dans la hiérarchie cléricale. Au sens restreint, l’ordination désigne le rite sacramentel par lequel quelqu’un est incorporé dans cette hiérarchie.

 Ordination et incorporation

La notion institutionnelle d’ordre, ordo, vient des Romains qui l’appliquaient soit au sénat par rapport à la plèbe (ordo et plebs), soit à la diversité des corps sociaux ordines constituant la société. Les chrétiens y ont trouvé l’expression adéquate du caractère à la fois hiérarchisé et organisé de l’Église, corps du Christ. Ainsi,

JPEG - 34.6 ko
Les ordres romains
  • Le terme d’ordre désigne une fonction communiquée à une personne intégrée dans un corps. Le terme d’ordination signifie alors « incorporation », au sens d’intégration dans un corps social.
  • Parce que les fonctions de ceux qui sont ordonnés dans l’Église sont des fonctions liturgiques, le terme d’ordre en vient ensuite à désigner un pouvoir spirituel et sacerdotal : pouvoir offrir des sacrifices, pouvoir pardonner les péchés, etc.
  • Le mot possède enfin une saveur collégiale : il désigne l’ensemble des clercs, c’est-à-dire le corps clérical organisé en presbyterium ou en collège épiscopal et distingué du corps des laïcs qu’il sanctifie, gouverne et instruit pour en faire une plebs sancta.
JPEG - 2 Mo
Le rite de l’imposition des mains
Ordination sacerdotale

 L’ordination comme rite

Le terme d’ordination désigne enfin plus particulièrement le rite par lequel on devient membre de ce corps clérical. On dira alors que « l’ordination est un sacrement qui donne à celui qui est ordonné un pouvoir spirituel et une fonction religieuse ». Cette définition - classique - provient de Pierre Lombard :

Si quaeritur, qui dit quod hic vocatur ordo, sane dici potest signaculum quoddam esse, i.e. sacrum quoddam, quo spiritualis potestas traditur ordinato et officium (IV,24,2,13).

L’expression de sacrement désigne tout d’abord le rite consécratoire (l’imposition des mains accompagnée de prières) qui signifie et produit ce pouvoir spirituel. Mais cette expression désigne aussi le sceau (caractère) imprimé par ce rite dans l’âme de l’ordinant, caractère qui est le principe du pouvoir communiqué, et qui, uni à ce pouvoir, est le « res et sacramentum ». Ce pouvoir spirituel est donné en vue d’exercer des actions consécratoires et sanctifiantes (au sens de « faire du sacré »), en vue du culte réservé à Dieu, le seul saint.

Répondre à cet article