Que signifie le miracle des noces de Cana ?

mercredi 26 juin 2013, par theopedie

L’épisode dit des noces de Cana est présenté dans l’Évangile de Jean comme le premier miracle public de Jésus et comme le premier des sept signes annonçant la libération apportée par Jésus :

Les noces de Cana
Extrait de the Visual Bible (l’Évangile de Jean)
En anglais...
elijaha1965

Le troisième jour, il y eut des noces à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi fut invité aux noces, ainsi que ses disciples. Comme le vin venait à manquer, la mère de Jésus lui dit : Ils n’ont pas de vin. Jésus lui répond : Femme, qu’avons-nous de commun en cette affaire ? Mon heure n’est pas encore venue. Sa mère dit aux serviteurs : Faites tout ce qu’il vous dira. Il y avait là six jarres de pierre, destinées aux purifications des Juifs et contenant chacune deux ou trois mesures. Jésus leur dit : Remplissez d’eau ces jarres. Ils les remplirent à ras bord.— Puisez maintenant, leur dit-il, et portez-en à l’organisateur du repas. Ils lui en portèrent. Quand l’organisateur du repas eut goûté l’eau changée en vin — il ne savait pas d’où venait ce vin, tandis que les serviteurs qui avaient puisé l’eau le savaient — il appelle le marié et lui dit : Tout homme sert d’abord le bon vin, puis, quand les gens sont ivres, le moins bon ; toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à présent. Tel fut le commencement des signes de Jésus, ce qu’il fit à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples mirent leur foi en lui.

Jn 2, 1-11 (Nouvelle Bible Segond=NBS])

Au-delà de sa réalité historique et des capacités surnaturelles qu’il implique, ce miracle est rapporté à cause de sa portée symbolique et religieuse. En effet, si ce premier miracle révèle la générosité et la délicatesse d’un Dieu attentif aux joies humaines et familiales, il annonce surtout la manière dont Jésus va signer un nouveau contrat d’alliance entre Dieu et les hommes.

Nuptiae/Dicit Dominus
Choeur gregorien de Paris
max92629262

On peut en effet dresser un parallèle entre un mariage et l’alliance apportée par Jésus, et c’est ce parallèle que vient souligner le miracle des noces de Cana : de même que le mariage est une alliance entre un homme et une femme, la religion est une alliance entre le Créateur (Dieu) et sa créature (l’homme). Mais pour que cette union, symbolisée par le repas de fête, soit effective, il faut encore qu’un témoin signe le contrat d’alliance. Dans le cadre du mariage, ce contrat est signé au terme d’une célébration officielle selon des rites propres à chaque époque. Dans le cadre religieux, Jésus signera ce contrat avec son sang en mourant sur la croix et ce sang est ici symbolisé par l’eau transformée en vin.

Détail important, l’eau que Jésus change en vin est en effet contenue dans des jarres servant à la purification. Les juifs avaient en effet coutume de multiplier les ablutions rituelles avec de l’eau courante. Ces purifications permettaient aux hommes de pouvoir prier de manière correcte. En transformant l’eau en vin, Jésus remplace symboliquement ce système de purification. Ce passage d’une purification à une autre avait déjà été annoncée par Jean l’ablutionneur :

Moi, je vous ablutionne dans l’eau, pour que vous changiez de vie ; mais celui qui vient derrière moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de lui ôter ses sandales. Lui vous ablutionnera dans l’Esprit saint et le feu.

Mt 3, 11 (Nouvelle Bible Segond=NBS])

JPEG - 46.8 ko
Les noces de Cana
Les Noces de Cana, enluminure du XVe siècle
Extraite des Grandes heures de Jean de Berry (1409)

La symbolique du vin comme signe d’alliance sera de même reprise par Jésus lors de son repas d’adieu. Dans ce repas d’adieu, Jésus déclare vouloir remplacer l’ancienne alliance religieuse scellée entre Dieu et Moïse avec son système de sacrifice et d’ablutions rituelles par une nouvelle alliance qu’il va sceller dans son sang avec Dieu :

Jésus dit à ses disciples : J’ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir ; car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu’à ce qu’elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit : Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous ; car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu. Ensuite il prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

Lc 22 : 15-20

L’ambivalence du vin, qui signifie à la fois la joie et la souffrance, devient le signe de l’amitié de Jésus pour ses disciples. De même que le sang est ce qui fait vivre un homme, de même cette amitié est ce qui faisait vivre Jésus. De même qu’un bon vin est agréable, de même cette amitié donnait un sens à la vie de Jésus. De même enfin qu’un vin est rouge comme le sang, de même cette amitié a poussé Jésus à donner sa vie plutôt que d’abandonner ses amis.

Conclusion

Le sens profond du miracle des noces de Cana est celui-ci : la profondeur d’une amitié entièrement généreuse (le vin) est ce qui rend pur un homme aux yeux de Dieu (les jarres de purification) et ce qui lui donne de connaître sur terre le paradis (le repas de fête).

Attention

Beaucoup de personnes sont étonnés de la manière dont Jésus parle à sa mère au cours du repas : « Femme, qu’avons-nous de commun en cette affaire ? » Ils voient une rudesse de langage et une manière peu policée pour un fils de s’adresser à ses parents. En réalité, il s’agit ici d’un défaut de traduction puisque « Femme ! » est une façon courante pour un homme de s’adresser à une femme et que la formule « Qu’avons-nous de commun en cette affaire ? » signifie tout simplement « Que veux-tu que je fasse ? ».

Répondre à cet article