Que signifie « in persona Christi » ou « in persona Christi capitis Ecclesiae »

vendredi 23 mai 2014, par theopedie

En bref : Ces expressions s’appliquent au prêtre et à l’évêque. Elles signifient que, à travers eux, « la présence du Christ comme chef de l’Église est rendue visible au milieu de la communauté des croyants » (Vatican II, Lumen Gentium 21).
JPEG - 54.1 ko
Le prêtre : icône vivante de Jésus

Ces expressions ont une validité sacramentelle : c’est dans le cadre de la liturgie sacramentelle que le prêtre ou l’évêque agissent in persona Christi. Pour mieux le comprendre, rappelons qu’un sacrement est une icône vivante de Jésus. L’expression signifie alors que, dans cette icône vivante qu’est la liturgie sacramentelle, le prêtre exerce le rôle de Jésus : il a pour fonction de représenter l’autorité du Christ, de donner en la rendant visible la grâce du Christ.

 Nuance des expressions

Pour exprimer le fait de représenter le Christ, la tradition a forgé l’expression in persona Christi. Cette expression souvent traduite par « dans la personne du Christ » signifie en français courant « au nom du Christ », persona signifiant le sujet. Ou, si l’on veut lui donner un sens fort : « avec l’autorité et la puissance du Christ ».

Si l’expression in persona Christi est traditionnelle, on a tendance à utiliser de plus en plus souvent l’expression in persona Christi capitis Ecclesiae pour distinguer sacerdoce commun et sacerdoce institué. D’une certaine manière - d’une manière dérivée -, tous les chrétiens sont dit prêtres et agissent tous in persona Christi en participant au sacrifice de la messe. Mais le ministère sacerdotal institué agit non seulement au nom du Christ (in persona Christi), mais aussi au nom de l’Église qu’il représente officiellement (in persona Ecclesiae).

De plus, le prêtre agit au nom du Christ en un sens particulier : de par l’ordination sacramentelle, son âme a été consacrée au Christ plus étroitement. Elle est désormais configurée au Christ en tant que prêtre et marquée par un caractère qui lui confère la puissance sacerdotale du Christ. Notons qu’il ne s’agit pas là d’un bien individuel, mais d’un bien commun donné à une personne en particulier pour qu’il l’exerce au nom de tous.

On regroupe alors ces deux expressions in persona Christi et in persona Ecclesiae en une seule : in persona Christi capitis Ecclesiae, c’est-à-dire, « au nom du Christ, tête de l’Église ». Cette expression permet de conserver la nuance de prêtre « ministre consacré et mis à part ». Ainsi, seuls le prêtre et l’évêque sont dits agir in persona Christi capitis Ecclesiae.

 La notion de représentation liturgique

Nous reproduisons ci-dessous un long commentaire du pape Benoît XVI à ce propos :

JPEG - 123.1 ko
Le prêtre : in persona Christi

« Pour comprendre ce que signifie agir in persona Christi Capitis - dans la personne du Christ Tête - de la part du prêtre, et pour comprendre également quelles conséquences dérivent du devoir de représenter le Seigneur, en particulier dans l’exercice de ces trois fonctions, il faut expliciter avant tout ce que l’on entend par « représentation ». Le prêtre représente le Christ. Qu’est-ce que cela veut dire, que signifie « représenter » quelqu’un ? Dans le langage commun, cela veut dire - généralement - recevoir une délégation de la part d’une personne pour être présente à sa place, parler et agir à sa place, car celui qui est représenté est absent de l’action concrète. Nous nous demandons : le prêtre représente-t-il le Seigneur de la même façon ? La réponse est non, car dans l’Église, le Christ n’est jamais absent, l’Église est son corps vivant et le Chef de l’Église c’est lui, présent et œuvrant en elle. Le Christ n’est jamais absent, il est même présent d’une façon totalement libérée des limites de l’espace et du temps, grâce à l’évènement de la Résurrection. (…) C’est pourquoi, le prêtre qui agit in persona Christi Capitis et en représentation du Seigneur, n’agit jamais au nom d’un absent, mais dans la Personne même du Christ ressuscité, qui se rend présent à travers son action réellement concrète. Il agit réellement et réalise ce que le prêtre ne pourrait pas faire : la consécration du vin et du pain, afin qu’ils soient réellement présence du Seigneur, l’absolution des péchés. Le Seigneur rend présente son action dans la personne qui accomplit ces gestes. Ces trois devoirs du prêtre - que la Tradition a identifiés dans les diverses paroles de mission du Seigneur : enseigner, sanctifier, et gouverner - dans leur distinction et dans leur profonde unité, sont une spécification de cette représentation concrète. Ils sont en réalité les trois actions du Christ ressuscité, le même qui aujourd’hui, dans l’Église et dans le monde, enseigne et ainsi crée la foi, rassemble son peuple, crée une présence de la vérité et construit réellement la communion de l’Église universelle ; et sanctifie et guide. » (Benoît XVI, Audience du 14 avril 2010)

2 Messages

Répondre à cet article