Que sacrifie-t-on pendant la messe ?

vendredi 12 décembre 2014, par theopedie

En bref : Les paroles de la consécration « Ceci est mon corps livré pour vous » et « Ceci est mon sang livré pour vous » obligent à dire que ce qui est sacrifié pendant la messe n’est ni du vin ni du pain, mais le corps et le sang du Christ.

JPEG - 114 ko
Le sacrifice de la messe

Selon le concile de Trente, après la célébration de l’Agneau pascal, qui était une figure, Jésus « a offert à Dieu son Père son corps et son sang à travers l’apparence du pain et du vin », et en même temps, il a institué un nouvel agneau pascal, qui est lui-même, en tant qu’il est immolé dans l’Église par les prêtres, sous des signes visibles », et il a ordonné que « les apôtres et les autres prêtres offriraient son corps et son sang ». « Dans ce sacrifice divin qui s’accomplit à la messe, ce même Jésus Christ qui s’est immolé une fois d’une manière sanglante sur l’autel de la croix est présent, et il est immolé d’une manière non sanglante » (Session 22,1-2,2). Ces expressions doivent s’entendre au sens exclusif : dans l’alliance nouvelle, Jésus Christ est seul immolé, et rien d’autre que son corps et son sang n’est sacrifié. Il est donc impossible de regarder le pain et le vin comme la substance du sacrifice ou même comme étant co-sacrifiés. En vertu de la transsubstantiation, le pain et le vin ne sont que la condition du sacrifice du corps du Christ (le terminus a quo).

Répondre à cet article