Que faire pendant le rite de la communion si on ne peut pas communier ?

vendredi 30 mai 2014, par theopedie

En bref : Si l’on a pas fait sa première communion, si l’on n’est pas baptisé ou si l’on est en état de péché grave et que l’on n’a pas le droit de communier, on peut néanmoins s’avancer dans la procession et recevoir une bénédiction du prêtre ou du diacre.

JPEG - 18.7 ko
Jeunes enfants à la messe
Le même geste vaut pour les adultes

Dans ce cas, il est alors d’usage de croiser les bras sur sa poitrine pour signifier que l’on demande une « simple » bénédiction. Le prêtre trace un signe de croix sur le front en disant une phrase comme : « Que le Seigneur te bénisse et te garde. » Il n’y a toutefois pas de normes et les bénédictions peuvent varier.

On fera attention au point suivant : cette bénédiction est prononcée au nom de Jésus et n’a de sens qu’à travers la foi dans le Christ mort et ressuscité qu’annonce l’Église. Elle a donc un sens pour qui met son espérance en lui : les jeunes enfants de tradition chrétienne, pour les catéchumènes, pour les chrétiens non catholiques, pour les catholiques en état de péché, etc. En revanche, si l’on a choisi de manière libre et consciente de refuser un enseignement important de Jésus et de l’Eglise catholique, on s’abstiendra de s’avancer dans la procession. Il est certes possible de demander des prières au prêtre, mais on évitera les situations ambiguës.

3 Messages

  • Bonjour,
    je viens de lire votre article, qui est très bien, et je voulais savoir si vous pouviez me préciser quelque chose. Mes parents sont baptisés mais non pratiquant et non croyant, et je ne suis pas baptisé et pas catéchumène pourtant le message de l’Église m’attire. Je vais à la messe et au moment de la communion je pensais que je pouvais demander la bénédiction du prêtre mais je viens de lire qu’il est préférable de ne pas entrer dans la procession. Pourriez vous éclaircir ce point ? Merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • Vous pouvez tout à fait vous avance pour recevoir une bénédiction. Il s’agit simplement d’éviter les situations ambigües : par exemple, si vous étiez formellement contre tel point important du dogme, la bénédiction ne voudrait rien dire. Si vous êtes un « sympathisant », qui ne savez pas trop, vous pouvez tout à fait recevoir la bénédiction, et elle vous sera donnée avec bienveillance et plaisir. La bénédiction aura alors la valeur suivante : que Dieu vous protège, qu’il vous manifeste son amour, et qu’il vous donne de découvrir plus intimement la religion chrétienne. J’ai changé le texte, en espérant qu’il soit moins restrictif.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article