Que faire pendant le rite de la communion si on ne peut pas communier ?

vendredi 30 mai 2014, par theopedie

En bref : Si l’on a pas fait sa première communion, si l’on n’est pas baptisé ou si l’on est en état de péché grave et que l’on n’a pas le droit de communier, on peut néanmoins s’avancer dans la procession et recevoir une bénédiction du prêtre ou du diacre.

JPEG - 18.7 ko
Jeunes enfants à la messe
Le même geste vaut pour les adultes

Dans ce cas, en France, il est alors d’usage de croiser les bras sur sa poitrine pour signifier que l’on demande une « simple » bénédiction. Le prêtre trace un signe de croix sur le front en disant une phrase comme : « Que le Seigneur te bénisse et te garde. » Il n’y a toutefois pas de normes et les bénédictions peuvent varier.

On fera attention au point suivant : cette bénédiction est prononcée au nom de Jésus et n’a de sens qu’à travers la foi dans le Christ mort et ressuscité qu’annonce l’Église. Elle a donc un sens pour qui met son espérance en lui : les jeunes enfants de tradition chrétienne, pour les catéchumènes, pour les chrétiens non catholiques, pour les catholiques en état de péché, etc. En revanche, si l’on a choisi de manière libre et consciente de refuser un enseignement important de Jésus et de l’Eglise catholique, on s’abstiendra de s’avancer dans la procession. Il est certes possible de demander des prières au prêtre, mais on évitera les situations ambiguës.

8 Messages

  • Bonjour,
    je viens de lire votre article, qui est très bien, et je voulais savoir si vous pouviez me préciser quelque chose. Mes parents sont baptisés mais non pratiquant et non croyant, et je ne suis pas baptisé et pas catéchumène pourtant le message de l’Église m’attire. Je vais à la messe et au moment de la communion je pensais que je pouvais demander la bénédiction du prêtre mais je viens de lire qu’il est préférable de ne pas entrer dans la procession. Pourriez vous éclaircir ce point ? Merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • Vous pouvez tout à fait vous avance pour recevoir une bénédiction. Il s’agit simplement d’éviter les situations ambigües : par exemple, si vous étiez formellement contre tel point important du dogme, la bénédiction ne voudrait rien dire. Si vous êtes un « sympathisant », qui ne savez pas trop, vous pouvez tout à fait recevoir la bénédiction, et elle vous sera donnée avec bienveillance et plaisir. La bénédiction aura alors la valeur suivante : que Dieu vous protège, qu’il vous manifeste son amour, et qu’il vous donne de découvrir plus intimement la religion chrétienne. J’ai changé le texte, en espérant qu’il soit moins restrictif.

      Répondre à ce message

  • Bonjour. Peut-on communier si on regrette de s’être marier religieusement ?

    Répondre à ce message

    • Si vous êtes toujours avec votre mari, mais que vous regrettez d’être avec lui, vous avez le droit de communier, mais évidemment, il y a un problème à résoudre et vous devriez peut être demander conseil à quelqu’un. Si vous êtes divorcée, vous avez toujours formellement le droit de communier, mais il convient probablement d’aller voir un prêtre pour lui parler de votre situation. Si vous êtes avec quelqu’un d’autre, vous n’avez plus le droit de communier, mais là encore il convient d’aller voir le prêtre pour lui faire part de votre désir de communier et de votre situation, pour voir si quelque chose d’adapté est possible. Dans tous les cas, je pense que vous devriez rencontrer un prêtre : une situation comme celle ci est toujours compliquée et une réponse chrétienne doit être pédagogique et adaptée, ce qui ne peut se faire probablement qu’au cas par cas.

      Répondre à ce message

  • Je suis baptisé mais ne suis revenu vers l’église que tout récemment. Après avoir lu cet article, j’ai essayé de m’avancer les bras en croix, la bénédiction m’a été refusée devant tout le monde. Humiliant, et décourageant. J’étais bien dans une église catholique mais en Inde. la personne qui m’a rembarré portait une robe de prêtre, mais n’était pas le prètre qui donnait la messe. En effet dans cette église, les homme et les femmes sont séparés, et le prètre donnait l’ostie aux femmes. Était-ce en fait un laic ? Bien qu’étant baptisé j’ai eu une éducation athéiste, certaine choses m’échappent donc. Mais pour sûr je me sens déprimé. Qu’en pensez vous ?

    Répondre à ce message

    • Je suis désolé de cette histoire qui vous est arrivée. Il est vrai que l’Eglise en Inde doit faire face à d’autres pastoraux que ceux en France. Ici, il n’y a pas assez de religiosité, là bas il y en a trop et je me souviens d’une messe en Inde où il y avait quelqu’un chargé de filtrer les personnes allant communier (pour éviter des phénomènes de tourismes religieux de la part des Hindous). Il est vrai aussi que ce rite de bénir les gens qui viennent bras croisés remontent en France à quelques dizaines d’années et n’est peut être pas encore répandu en Inde. En tout cas, dans une paroisse normale en France, la bénédiction ne vous aurait pas été refusée. Cela vous serait arrivé en France, j’aurai contacté la paroisse, mais en Inde.... Je dirai ma messe pour vous aujourd’hui pour que Dieu vous bénisse et suis désolé de cette histoire qui vous est arrivée. Je change le texte de l’article pour éviter que votre mésaventure n’arrive à d’autres personnes.

      Répondre à ce message

      • Je vous remercie, Dieu vous bénisse. Cela n’était pas si grave finalement, l’occasion de méditer sur le fait que les gens d’église sont des êtres humains aussi, et qu’entre humains parfois on peut avoir des désaccords et des incompréhensions, en l’occurrence dues à des différences culturelles. Mais cela ne doit pas pour autant nous empêcher de prier et de vivre ensemble.

        Répondre à ce message

Répondre à cet article