Quand faut-il être baptisé ?

mercredi 1er octobre 2014, par theopedie

En bref : À cause de sa nécessité, il faut recevoir le baptême sans retard, pour ne pas retarder l’œuvre du salut. Il convient cependant de distinguer le cas des bébés, des jeunes enfants et des adultes.

Pour les bébés, la loi de l’Église précise qu’il faut les baptiser au plus tôt (canon 867), et elle fait un devoir aux curés et aux prédicateurs de rappeler aux parents la grave obligation qui leur incombe sur ce point. On recommande ainsi aux parents de faire une demande de baptême sans attendre : non seulement pour éviter que le nouveau-né ne meure sans baptême, mais aussi pour semer au plus tôt en son âme les germes de la vie chrétienne, qui commencera ainsi à s’épanouir en lui avant que ne prennent racine les mauvaises habitudes. Nourri dès la plus tendre enfance dans la pratique de la vie chrétienne, on espère ainsi qu’il y persévère ensuite avec plus de fermeté.

Le Baptème
Reportage de KTOTV
KTOTV

Pour les enfants (7-12 ans, scolarisés en primaire), on attendra que la foi de l’enfant atteigne une certaine maturité et un certain degré de profondeur personnelle :

L’Église ne saurait prendre la responsabilité de baptiser un enfant entre 7 et 12 ans sans s’assurer de certaines conditions. Pour accepter de faire d’un enfant un chrétien, elle ne peut plus se contenter de la simple demande des parents ou du simple désir de l’enfant, même si ceux-ci sont accompagnés de la promesse que le futur baptisé suivra une formation catéchétique. Ce serait oublier que le contexte culturel dans lequel nous vivons ne porte pas l’enfant à la foi. Il faut en outre lui assurer une formation adaptée à son âge, au sein duquel il pourra se préparer au baptême par une maturation progressive de sa foi, une démarche authentique de conversion et un apprentissage véritable de la vie chrétienne. (Rituel du baptême pour les enfants en âge de scolarité, rr 307)

On notera au passage qu’il est possible pour un ministre - voire obligatoire - de baptiser un enfant même contre la volonté de ses parents s’il le demande librement, s’il est suffisamment instruit des vérités de la foi, et s’il possède un usage suffisant de la raison. Mais s’il devait résulter un grave inconvénient pour cet enfant ou pour sa famille, on pourra différer ce baptême.

JPEG - 151.1 ko
L’ablution (baptême) de Jésus
Jésus a la révélation du paradis.
Peinture de Giotto

Pour les adultes, plus conscients de leurs choix, on attendra jusqu’à ce qu’ils puissent s’engager en parfaite connaissance de cause. Il faut donc

  • qu’ils aient achevé leur instruction religieuse,
  • qu’ils aient pu faire preuve de leurs bonnes dispositions et de leur endurance,
  • et, si possible, qu’ils soient baptisés pendant la vigile pascale pour que leurs baptêmes soient nourris par une plus grande dévotion.

Répondre à cet article