Qu’est-ce que le protestantisme ?

lundi 7 octobre 2013, par theopedie

Le protestantisme est avec l’orthodoxie et le catholicisme un des trois grands partis chrétiens (on parle alors de « confession »). Le terme de « protestant » signifie tout simplement « qui proteste ». Les protestants se sont ainsi définis comme ceux qui critiquaient ouvertement (qui « protestaient ») l’Église catholique. Pour eux, l’Église catholique avait tellement de défauts qu’il valait mieux la quitter. Aujourd’hui, certains protestants essayent de se définir de façon plus positive et parlent de christianisme biblique (par opposition au christianisme non-biblique supposé des catholiques).

Motherless child (Harmonizing four)
Le gospel : le meilleur du protestantisme !

Historiquement, c’est Luther qui a fondé le protestantisme. L’acte fondateur est sa publication de 95 thèses sur la porte d’une église à Wittenberg. Ces thèses exprimaient à l’origine une réaction contre les abus de l’Église, notamment contre les indulgences. Mais, à cause de l’incapacité de l’Église catholique à se réformer suffisamment vite, cette réaction a finalement donné naissance aux partis protestants. Aujourd’hui, les protestants se répartissent en un nombre infinie d’Églises et de confessions différentes : les baptistes, les anabaptistes, les luthériens, les calvinistes, etc.

Plus formellement, les protestants se définissent par deux expressions qui viennent de Luther :

Le Protestantisme
Sans commentaire...!
TheRalexProductions

  1. sola scriptura : la Bible se suffirait à elle-même. Elle serait la source unique sur laquelle le christianisme serait fondé. La tradition est ainsi mise de côté.
  2. sola fides : c’est par sa foi individuelle en Jésus que l’on serait sauvé, indépendamment de son appartenance ecclésiale et de ses mérites personnels.

Au XXe siècle, un nouveau mouvement naquit aux États-Unis centré autour de la recherche des charismes, du chant en langues et du baptême dans l’esprit. L’accent fut mis sur les guérisons spectaculaires et les miracles. Ce mouvement a peu à peu donné naissance à une spiritualité insistant sur l’Esprit Saint et sa manifestation visible. Le pentecôtisme a alors été repris par un certain nombre de dénominations protestantes (on parle alors d’« évangélisme ») et même par le catholicisme (on parle alors de « charismatisme »).

Répondre à cet article