Qu’est-ce que le péché originel ?

dimanche 9 février 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : L’homme nait dans un état évident d’imperfection spirituelle. Cette imperfection congénitale est en réalité l’expression d’un traumatisme moral que chaque génération hérite de la génération précédente. Parce que cette situation n’est pas celle que Dieu avait voulue pour nous, on parle d’un péché originel.

Une nature humaine dénaturée
Brefs extraits du documentaire « Home »
sur une musique de C.verdier
Cyril VERDIER

Le péché originel est le désordre moral qui marque la vie humaine dès sa naissance. Ce désordre relève de l’évidence et tout le monde le constate : faiblesse native de notre volonté à vouloir le bien, grossièreté de notre intelligence spirituelle, fragilité psychologique, sensibilité hors de contrôle, difficulté qu’éprouve l’homme à trouver sa place dans la nature.

Ce désordre n’est ni un péché en acte, ni une faute personnelle, mais un défaut congénital dont la raison semble spirituelle : en naissant, l’homme n’est pas spontanément orienté vers Dieu. Il se trouve, de fait, dans un état d’opposition spontanée avec lui. Et sa volonté n’étant pas spontanément en harmonie avec la volonté divine, c’est spontanément que l’homme ressent l’effet de la colère divine (privation de la grâce et perte d’une harmonie naturelle). L’homme peut vivre et survivre, mais ne peut plus, par ses propres forces, avoir une vie à la hauteur de sa condition. Notre nature humaine nous promet la liberté, mais qui de nous naît libre ?

Une médiocrité ambiante
"Something deep in the human heart breaks
at the thought of a life of mediocrity."
  • CS Lewis

John Clay, TvPh0Hrn8aE

Parce que ce défaut doit avoir une cause, et que cette cause ne saurait être imputable à l’enfant qui vient de naître, on a coutume de l’interpréter comme un héritage. L’imperfection morale et spirituelle dans laquelle tout homme naît est alors interprétée comme un traumatisme en quelque sorte hérité. En effet, lorsque certains perturbations spirituelles, psychologiques, sociales, deviennent graves, elles abîment notre physiologie au point de se transformer en véritables traumatismes. Et, de manière inconsciente ou déguisés, ces traumatismes peuvent eux-mêmes se transmettre d’une génération à l’autre.

GIF - 160.6 ko
Le péché originel
Le Péché originel, Masolino
Adam et Ève chassés du Paradis terrestre, Masaccio

Ainsi donc, le défaut congénital dans lequel l’humanité nait serait un traumatisme hérité du tout premier péché, celui que la tradition biblique appelle « le péché d’Adam ». En se rebellant contre l’ordre divin, le premier homme a comme violé sa conscience et traumatisé sa propre nature humaine et c’est cette nature humaine traumatisée qu’il a léguée à tous ses descendants.

JPEG - 25.1 ko
Un traumatisme moral
peut blesser plusieurs générations

Ce traumatisme a abîmé notre condition humaine, sans toutefois la briser définitivement : faiblesse de notre volonté, atonie intellectuelle, fragilité psychologique, etc. À travers le baptême, les conséquences les plus graves de ce traumatisme sont effacés (rétablissement de la grâce divine et de l’harmonie spirituelle) et les séquelles physiologiques deviennent le lieu d’un combat spirituel où l’homme peut s’approprier cette grâce divine.

Répondre à cet article