Qu’est-ce que le catholicisme ?

samedi 5 octobre 2013, par theopedie

Le catholicisme est avec le protestantisme et l’orthodoxie un des trois grands partis chrétiens (on parle alors de « confession »). De ces trois partis, le catholicisme est à la fois le plus important en nombre et le plus ancien. D’une certaine manière, c’est le christianisme « canal historique ».

À l’origine, catholicisme est un terme grec qui signifie « universel » : le parti catholique désignait alors la religion unique et universelle des chrétiens. Mais avec les divisions entre catholiques et orthodoxes puis entre protestants et catholiques, le terme « catholicisme » en est venu à désigner le parti de ceux qui sont restés attaché à l’Église structurée autour de l’évêque de Rome, le pape. Le « catholicisme » au sens de « religion universelle » est alors devenu l’objectif à atteindre par le parti catholique : l’universalité désigne le régime normal de l’Église, perdue au cours des siècles et devant être retrouvée.

Plus formellement, le catholicisme se définit par une hiérarchie de ce qui fait autorité (des « lieux théologiques », pour reprendre la formule de Mechior Cano, le premier théologien à avoir ainsi défini l’Église catholique) :

Litanie des saints
Les cardinaux, réunis en conclave à Rome
pour élire un nouveau pape, invoquent
tous les grands saints chrétiens.
theopedie

JPEG - 80.8 ko
Le pape revêtu de son pallium
Le pape représente l’unité de l’Église. Il est ici revêtu du pallium, une écharpe ayant 5 croix à l’image des 5 plaies de Jésus sur la croix. Une personne transperce une de ces croix d’un clou : c’est la blessure de l’Église séparée en religion différente.

  1. La Bible (encore appelée Tradition écrite) ;
  2. La tradition chrétienne (encore appelée Tradition orale) ;
    1. La liturgie ;
    2. Le magistère (les dogmes) ;
    3. Les constitutions de l’Église écrites par les conciles ;
    4. Le pape, en tant que représentant des évêques ;
    5. Les Pères et les docteurs de l’Église (les plus grands théologiens) ;
    6. Les théologiens scolastiques (théologie analytique) ;
    7. Les canonistes (les juristes de l’Église) ;
  3. La raison ;
    1. Les sciences naturelles ;
    2. Les sciences humaines ;
    3. L’histoire.

Cette hiérarchie de l’autorité n’est pas fixée de manière fixée et peut varier d’une présentation à l’autre du catholicisme : l’esprit de cette hiérarchie n’est pas de rigidifier la réflexion mais de présenter la manière dont celle-ci doit équilibrer en les hiérarchisant tout ce qui pourrait être légitimement source de vérité. Quoiqu’il en soit, tout catholique croie en l’autorité de la Bible, de la tradition transmise par l’Église et de la raison, et c’est cela qui le définit non seulement en tant que chrétien mais aussi en tant que catholique.

GIF - 7.1 ko
Les lieux théologiques
La présentation traditionnelle

Répondre à cet article