Qu’est-ce que la vocation ?

lundi 27 avril 2015, par theopedie

En bref : Tout homme possède une vocation car tout homme est appelé par Dieu. Mais certains sont appelés à se consacrer à lui plus étroitement, de corps et d’âme. C’est là la vocation au sens restreint du terme.
En 3mn : qu’est ce que la vocation ?

Chaque chrétien, chaque homme a sur lui un appel de Dieu qui veut le conduire à la vie éternelle par tel chemin, tel état de vie, en lui faisant jouer tel rôle parmi ses frères. On peut ainsi dire que le mariage est une vocation, c’est-à-dire un état de vie menant à la sanctification de celui qui s’y engage.

Mais certains entendent un appel spécial, semblable à celui que Jésus adressa à Pierre, à André et aux autres apôtres : « Suivez-moi et je ferai de vous des pêcheurs d’hommes » (Matthieu 4, 19). C’est cet appel surnaturel et personnel que l’on désigne plus particulièrement comme étant une « vocation », terme qui vient du latin vocare et qui signifie « appeler ».

JPEG - 144.8 ko
L’appel de Matthieu
Matthieu était un pécheur qui aban-
donna tout pour suivre Jésus.
Tableau du Caravage.

 Double vocation

La vocation, remarque saint Thomas d’Aquin en commentant ce passage, est double :

  • Appel extérieur et vocation sociale : Jésus disant à Pierre de le suivre ou l’évêque appelant un jeune homme à l’ordination.
  • Appel intérieur et vocation divine : c’est un instinct spirituel, par lequel Dieu meut le cœur d’un homme, le tourne vers un idéal de vie consacrée et grâce auquel il trouve son épanouissement.
    Cette vocation intérieure, c’est le contenu de notre prédestination même : c’est éternellement que Dieu voit celui ou celle qu’il appelle, qu’il aime et désire comme membre du Christ consacré. Nous n’avons pas deux prédestinations distinctes.
JPEG - 27.2 ko
La vocation :
un sentiment d’urgence pour les choses divines

 Le Primat de Dieu

C’est cette vocation divine que la vocation sociale vient normalement couronner. Lorsque l’évêque appelle quelqu’un à être ordonné, c’est qu’il a discerné chez l’ordinant un appel intérieur. Ainsi, le Code de Droit Canonique précise quelques critères que l’évêque se doit de discerner chez celui qu’il appelle :

  • attrait et désir de suivre Dieu en imitant le Christ,
  • intention droite (pas de recherche de promotion sociale par exemple),
  • vie pure et morale
  • aptitudes nécessaires à cet état de vie.

De même lorsqu’un supérieur religieux reçoit les vœux d’un professant, l’état de vie qu’il lui propose doit être pour lui un moyen de cultiver les germes de cette vocation et un moyen de trouver son épanouissement en se mettant au service du peuple chrétien.

Répondre à cet article