Qu’est-ce que la sempiternalité ?

samedi 3 mai 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Le terme de sempiternalité, dans son usage philosophique, sert à désigner une durée potentiellement infinie. Il ne faut pas confondre la sempiternalité avec l’éternité ou l’atemporalité : la sempiternalité est le propre des esprits et des anges, l’éternité est le propre de l’Absolu divin, l’atemporalité le propre des idées.

La sempiternalité est une notion qui vient du terme eon en grec (traduit par siècle), aevum en latin (éviternaltié), everlasting en anglais. On parle, en français courant, d’éternité. Mais la sempiternalité n’est à proprement parler qu’une éternité impropre et l’on parle encore d’éternité participée : c’est celle des anges et des hommes ressuscités.

À la différence de l’atemporalité (ce qui est hors du champ temporel car elle n’a pas de durée subjective), l’éternité, la sempiternalité et la temporalité sont trois sortes de durées, et comme les espèces d’un même genre. Mais l’idée de succession n’est pas essentielle à l’idée de durée : la durée consiste dans la permanence de l’être, et l’on peut envisager des durées sans successions.

Bring Me The Horizon
Sempiternal
Ricardo Richthofen Salazar, cdY1L6dvn3A

  • L’éternité exclue toute succession
  • La sempiternalité admet la succession mais ne l’implique pas.
  • La temporalité implique la succession.

A Brief History of Time
Audiobook
Vigorousdragon

Par exemple, en théologie classique, une force spirituelle (esprit et ange) est considérée comme étant une réalité sempiternelle. Elle réalise instantanément la perfection d’essence et d’existence que son être comporte. Aussi, sa condition est immuable et sa perfection sempiternelle. Sa permanence dans l’être sera donc analogue à celle de Dieu. Analogue, car il serait toujours possible à Dieu d’annihiler cette force et de lui imposer ainsi réellement une fin. Néanmoins, il faut reconnaître que l’immutabilité absolue est, en fait, le partage de sa nature : un esprit est entièrement présent dans chacun de ses actions et n’est pas plus existant avant qu’après. Mais, précisément, un ange peut avoir plusieurs actions : quant à ses opérations, il n’est plus immuable. Une pensée peut succéder à une autre pensée, une action peut succéder à une autre action. Il y a succession réelle dans les actions, mais cette succession n’est pas une fatalité de sa nature. Chaque acte relève d’un même choix qui exprime la souveraineté (relative) de l’ange par rapport au reste du monde physique.

Répondre à cet article