Qu’est-ce que la repentance ?

mardi 3 juin 2014, par theopedie

JPEG - 60.5 ko
Repentance, regret et contrition

Selon Sesbouë, la repentance est une attitude psychologique qui est une véritable vertu. « La tradition biblique est pour sa part remplie des appels successifs des prophètes à la conversion et à la pénitence. L’éducation de cette vertu chez le peuple élu est un aspect décisif de la révélation qui lui est fait » [Sesbouë, 159] : Is 58 ; Jr 3 ; ps 50. C’est cette pénitence en tant que vertu qui est indispensable pour recevoir le pardon divin [ST, IIIa 86,2]. La même condition est d’ailleurs attachée au pardon humain : nous ne pouvons recevoir le pardon de qui nous a offensé que si sa demande de pardon est sincère, c’est-a-dire si elle n’est pas une simple formalité mais vise au rétablissement d’une véritable amitié et à une authentique réconciliation.

JPEG - 26.7 ko
N’ayez pas honte de regretter vos fautes !

Une offense contre la volonté de Dieu et les commandements divins provoque en effet son déplaisir : l’offenseur devient un ennemi de Dieu et, à cause du déplaisir qu’il éprouve, l’intimité avec Dieu, qui est la vie de l’âme, est perdue. Pour qu’il y ait un vrai repentir, il ne suffit pas au pénitent de savoir qu’il a désobéi contre la volonté divine, mais il doit aussi éprouver un sentiment de gène pour avoir ainsi agi. L’intimité avec Dieu doit lui manquer et c’est parce qu’il la regrette qu’il s’efforce de la retrouver. Voila ce qu’est la repentance en tant que vertu morale : non seulement une connaissance intellectuelle du péché mais aussi la connaissance affective du déplaisir éprouvé par Dieu à l’occasion de ce péché. Elle inclut à la fois la haine du péché, mais aussi le désir d’éviter de le commettre à nouveau et la volonté de faire pénitence pour réparer l’offense. Elle est, pour reprendre la définition du Concile de Trente, « le regret éprouvé par l’âme envers le péché commis avec la résolution de ne plus pécher » [CT, 1676].

Répondre à cet article