Qu’est-ce que la grâce adoptive ?

dimanche 3 novembre 2013, par theopedie

La grâce d’adoption est la faveur conférée à ceux qui, par la foi, se sont unis à Jésus : ils sont admis dans la famille de Dieu, c’est-à-dire, adoptés par Dieu comme ses enfants et comme frères de Jésus, son fils unique. Par la grâce d’adoption, nous avons le pouvoir de dire à Dieu : « Père » et d’être effectivement ses enfants en devenant marqués par sa ressemblance.

Tu es devenu enfant de Dieu
Chant de baptême :
le baptême est un rite d’adoption.

Tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont enfants de Dieu. Car l’Esprit que vous avez reçu n’est pas un esprit qui vous rende esclaves et vous remplisse encore de peur ; mais c’est l’Esprit Saint qui fait de vous des enfants de Dieu et qui nous permet de crier à Dieu : « Abba, ô mon Père ! » L’Esprit de Dieu atteste lui-même à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Nous sommes ses enfants, donc nous aurons aussi part aux biens que Dieu a promis à son peuple, nous y aurons part avec le Christ ; car si nous souffrons avec lui, nous serons aussi avec lui dans sa gloire.

Rm 8, 14-17 (Bible en Français Courant=BFC])

Bien que l’adoption soit un processus juridique, on distingue la grâce de justification et la grâce d’adoption. De même, bien que l’adoption soit assimilée à une nouvelle naissance, on la distingue de la grâce de sanctification. Il s’agit essentiellement de la même grâce, mais distinguée formellement : la grâce d’adoption est subséquente par rapport à la grâce de sanctification, et prévenante par rapport à la grâce de sanctification. La grâce d’adoption est encore reliée à la grâce capitale, en tant que participation à la vie et aux mérites de Jésus - bien que la Trinité toute entière y soit présente :

L’adoption relève de la Trinité toute entière. Elle est cependant attribuée spécialement au Père comme à son auteur, au Fils comme à son exemplaire, à l’Esprit-Saint comme à celui qui imprime en nous la ressemblance de cet exemplaire (saint Thomas d’Aquin, ST,III,33,2,3

Répondre à cet article