Qu’est ce que la dernière cène ?

samedi 13 juillet 2013, par theopedie

Vers 33, Jésus s’était rendu à Jérusalem pour fêter Pâque. Cette fête nationale juive commémore la libération hors d’Égypte. Chaque famille juive sacrifiait un agneau en souvenir de l’agneau qu’ils avaient tué ce jour-là pour se protéger de l’ange exterminateur. L’ange exterminateur avait alors tué tous les premiers nés égyptiens pour que les esclaves juifs puissent s’enfuir loin de leurs maîtres.

Pessa’h ou la Pâque juive ?

Chaque année, le caractère nationaliste de cette fête transformait Jérusalem en ville assiégée : le nombre de pèlerins, les revendications nationalistes, la lassitude du peuple pour ses dirigeants, la tension des soldats romains suscitaient de nombreuses échauffourées. C’est dans ce climat de tension que Jésus se rendit à Jérusalem, où son enseignement et sa popularité lui valut la franche hostilité des grands-prêtres. Alors que le 15 du mois de nizan, le jour de la fête, approche, et dans le climat de tension politique qui caractérise chaque année cette fête nationale, Jésus comprend que ses jours sont comptés. Il va organiser un repas d’adieu avec ses disciples : la dernière cène (Mc 14,12-17).

La denière cène
Extrait de Jésus de Nazareth de Zeffirelli
#Retrouvez-vous sur theopedie.com #
theopedie

Ce repas est intimement liée à la fête de la Pâque. Chaque 14 du mois de nizan, la veille de la fête, les juifs mangeaient un repas dit du « Séder », composé d’herbes amères et de coupes de bénédiction. Ce repas était le lointain souvenir du repas pris à la hâte par les juifs. Un enfant posait alors quatre questions rituelles à son père, qui lui racontait alors l’histoire de Moïse en guise de réponse (Ex 12:14). C’est au cours du Séder que Jésus aurait organisé son repas d’adieu avec les disciples, mêlant intimement le don de sa vie avec cette fête de libération nationale.

Plus précisément, il est probable que Jésus ait anticipé d’un jour ce repas pascal. C’est en tout cas ce que semble indiqué les discordances chronologiques entre les évangiles synoptiques et l’évangile de Jean. Jésus était si conscience de l’imminence de sa mort, qu’il savait qu’il ne pourrait pas manger le Séder avec ses compagnons. Alors il les invita à un repas dans lequel il reprit les rites particuliers du Séder et les transforma afin de montrer à ses amis que le véritable agneau qui allait être sacrifié, ce serait lui-même :

JPEG - 40.7 ko

J’ai ardemment désiré mangé cette Pâque avec vous avant de souffrir ; car je vous le dis, jamais plus je ne la mangerai jusqu’à ce qu’elle s’accomplisse dans le royaume de Dieu.

Luc 22,15

Répondre à cet article