Qu’est-ce que la contingence ?

mercredi 26 février 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Ce qui est absolu s’oppose à ce qui est contingent : le contingent est ce qui peut exister et ce qui peut ne pas exister, ce qui n’est ni nécessaire ni impossible, qui commence à exister et peut cesser d’exister.

JPEG - 201.7 ko
Vanité

La dépendance existentielle oppose l’existence nécessaire (aséité) et l’existence contingente. Dans toute réalité contingente, l’essence, prise en elle-même, n’inclut en aucune manière le fait d’être réalisée : ou bien elle existe mais aurait pu ne pas exister, ou bien elle n’existe pas mais aurait pu exister. Ni impossible, ni nécessaire, l’existence contingence est possible. Elle n’a pas pour identité et pour définition le fait d’exister, mais de pouvoir exister. De là, une différence en chaque réalité contingente entre le fait d’être tel (essence ou identité) et le fait d’exister, car en elle l’existence n’épuise pas le champ du possible. L’acte d’être une réalité contingente est donc complexe : elle existe, non pas de manière absolue, mais de telle ou telle autre manière, à l’exclusion du reste.

La compréhension de l’existence contingente s’approfondit, en vertu du principe de raison suffisante, dans la recherche d’une cause existentielle. Être contingent, c’est tirer du dehors sa raison d’être, n’exister qu’à la condition d’être causé. C’est être un effet plutôt qu’une cause, et donc, dépendre de manière existentielle d’une réalité extérieure à l’origine de sa propre existence.

4 Messages

  • Qu’est-ce que la contingence ? Le 17 février à 19:28, par Jean-Paul

    Bonjour,

    La contingence existe-t-elle ? L’objection du superdéterminisme ou du panthéisme (tout est nécessaire) est-elle définitive ?

    Merci pour votre réponse.

    Répondre à ce message

    • Qu’est-ce que la contingence ? Le 18 février à 09:18, par theopedie

      La contingence existe : ceci revient simplement à dire qu’il y a des choses qui étaient seulement possibles et qui maintenant existent. Cette thèse n’a pas besoin d’être justifiée a priori car elle a l’avantage du bon sens (du sens commun, dirait-on en philosophie). Le panthéisme n’est possible que par la négation de toute réalité historique particulière, de même que le superdéterminisme. On pourra alors se demander jusqu’à quel point la notion de nécessité a encore du sens s’il n’y a plus rien de possible.

      Répondre à ce message

      • Qu’est-ce que la contingence ? Le 18 février à 20:58, par Jean-Paul

        Cela revient à dire que « tout est », sans rien à ajouter... Je ne vois pas en quoi l’inverse a l’avantage du « bon sens ». D’autant plus que le « bon sens » se trompe souvent.

        Répondre à ce message

        • Qu’est-ce que la contingence ? Le 19 février à 09:16, par theopedie

          Si je puis me permettre, le panthéisme revient à dire, non pas que « tout existe », mais que « seul Dieu existe » ou « seul ce qui est nécessaire existe », à l’exclusion de ce qui n’est que simple possible. En particulier, le panthéisme amène à nier l’existence de toute réalité individuelle et historique (la contingence), ce que le bon sens postule (vous existez, j’existe, etc). Je me permets de vous référer à l’article traitant du panthéisme (cliquer ici). Enfin, si le bon sens peut se tromper, il n’en est pas moins la position de départ communément admise. Autrement dit, s’il se trompe et s’il faut le renier - ce qui peut arriver-, il ne suffit pas de le dire, il faut le prouver.

          Répondre à ce message

Répondre à cet article