Qu’est-ce que la communion de désir ?

mardi 16 décembre 2014, par theopedie

En bref : Communier par de désir, c’est s’unir à Dieu par des sentiments religieux d’aspiration à la sainteté et par des actes de foi, d’espérance et de charité.

La réflexion théologique distingue plusieurs modes de réception sacramentelle de la communion. La communion peut ainsi être :

  • Uniquement corporelle : on dit encore avec « la bouche du corps ». C’est la réception sacramentelle, mais spirituellement stérile en raison des mauvaises dispositions du communiant.
  • Uniquement spirituelle : on dit encore avec « la bouche du cœur ». C’est la réception non sacramentelle en raison d’un empêchement matériel, mais par le désir. Elle permet au communiant de s’unir par le désir à Dieu.
  • A la fois spirituelle et corporelle. C’est la réception sacramentelle de la communion par quelqu’un qui s’y est dignement préparé.

Sacramentum hoc tripliciter accipi potest :

JPEG - 52 ko
Vierge adorant l’hostie
Ingres

  • primo sacramentaliter tantum, sicut qui sumit indigne ipsum sacramentum ;
  • secundo sacramentaliter et spiritualiter, ut qui digne accipit illud, rite videlicet praeparatus ;
  • tertio spiritualiter solum, ut qui fide et caritatis affectu accipit illud sie reali praesentia sacramenti.

(Dion. Cartus, Elem. Theol. Prop. 135. Confirmé par Concile de Trente 13,8)

Cette communion de désir a comme contenu objectif la réception de l’eucharistie ou l’union à Jésus en tant qu’il est présent dans l’eucharistie et comme contenu subjectif un désir animé par une foi vive et structurée par la charité.

L’efficacité d’une telle communion ne saurait être ex opere operato, car la communion spirituelle n’est point la réception d’un sacrement. Ses effets sont donc ex opere operantis, c’est-à-dire dépendant des mérites du désir. Mais comme ce pieux exercice suppose et renferme divers actes de vertus, ses effets sont excellents et très précieux. C’est un moyen de suppléer à la sainte eucharistie, qu’il n’est pas toujours possible de la recevoir.

Répondre à cet article