Qu’est-ce que l’orthodoxie ?

dimanche 6 octobre 2013, par theopedie

L’orthodoxie est, avec le protestantisme et le catholicisme, l’un des trois grands partis formant la religion chrétienne (on parle alors de « confession »). Orthodoxe est un terme grec qui signifie : « doctrine droite ». Les orthodoxes se définissent ainsi comme les dépositaires de la véritable foi chrétienne. Pour eux, cette foi chrétienne a été (suffisamment) explicitée dans les sept premiers conciles œcuménique :

JPEG - 194.4 ko
Icône byzantine
La tradition orthodoxe est célèbre pour ses icônes, sa liturgie et sa spiritualité (la « philocalie »).

  1. Concile de Nicée I en 325 : affirmation de la pleine divinité de Jésus.
  2. Concile Constantinople I en 381 : affirmation de la pleine divinité de l’Esprit-Saint.
  3. Concile d’Éphèse en 431 : proclamation de Marie « Mère de Dieu » et des propriétés divines et humaines de Jésus (communication des idiomes).
  4. Concile de Chalcédoine en 451 : Jésus est dit être un sujet unique possédant les deux conditions humaines et divine.
  5. Concile de Constantinople II en 553.
  6. Concile de Constantinople III en 680-681 : Jésus est dit être un sujet possèdent une volonté divine et une volonté humaine.
  7. Concile de Nicée II en 787 : affirmation du caractère sacrée des icônes et distinction entre adoration et vénération.

L’orthodoxie est organisée en une fédération d’Églises locales (dites « Églises autocéphales » ou « patriarcats »). Les deux patriarcats les plus importants sont les patriarcats de Constantinople et de Moscou.

Divine liturgie orthodoxe
Hymne des chérubins Mode1
theopedie

Historiquement, le parti orthodoxe est le deuxième parti chrétien. Il est né d’une division en 1054 autour de la querelle du « fioloque » entre les chrétiens de l’Europe orientale regroupés autour de l’évêque de Constantinople (le patriarche œcuménique) et les chrétiens de l’Europe occidentale regroupés autour de l’évêque de Rome (le pape).

Qu’est ce que la querelle du « fioloque » (litt : et du Fils) ? Pour les orthodoxes, l’Âme de Dieu (l’Esprit Saint) procède du Père. Pour les catholiques, l’Âme de Dieu (l’Esprit Saint) procède et du Fils. Il est difficile de savoir s’il y a là une véritable différence théologique, ou si ce débat n’était pas nourri principalement par un éloignement culturel de plus en plus marqué et par des rivalités de personnes. Ainsi, récemment, les anathèmes réciproques ont été levées par le pape Paul VI et du patriarche Athénagoras. Peut-être aussi peut-on dire que c’est tout simplement parce que le fioloque n’a pas été introduit à l’occasion d’un concile œcuménique que les orthodoxes le rejettent.

Répondre à cet article