Qu’est-ce que l’aséité ?

jeudi 27 février 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : L’aséité vient du latin scolastique aseitas. Ce terme désigne le fait d’avoir en soi la raison de sa propre existence, le fait d’« être par soi » (a se). L’aséité est en théologie une propriété traditionnellement attribuée à Dieu. On parle plus volontiers, en langage contemporain, d’absolu.

L’aséité, caractéristique de l’existence absolue, est l’opposé de la contingence. L’aséité signifie d’abord l’absence de cause productrice, le fait d’être indépendant et nativement autonome, le fait de tirer de nul autre sa propre existence, de n’avoir besoin de personne pour exister. C’est d’abord sous cette forme négative que l’aséité se présente à notre esprit (aséité in recto).

Par suite, la notion d’aséité peut être entendue de façon positive : exister par soi, être à soi-même la raison de sa propre existence, exister en vertu d’une nécessité inhérente à sa propre nature. C’est là l’aséité in obliquo, et comme faisant suite à l’aséité proprement dite. Le concept d’aséité in obliquo donne, sous une forme positive, la raison de cette autonomie existentielle : une plénitude d’être qui se suffit à elle-même. On parle encore de « perséité » pour désigner cette deuxième signification de l’aséité.

P.-S.

Cet article a été rédigé à partir du Dictionnaire de Théologie Catholique (DTC).

Répondre à cet article