Qu’est-ce que l’alliance noachique ?

vendredi 21 février 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En sortant de l’arche, Noé offrit à Dieu un sacrifice d’agréable odeur (Genèse, 8,20) qui plût à Dieu et l’incita à conclure une alliance avec Noé, symbole de l’humanité appelée à renaître. Nous nous inspirons du commentaire d’Osty pour décrire les termes de cette alliance.

JPEG - 61.7 ko
L’alliance entre Dieu et Noé
Chapelle Palatine

Celle-ci a pour fondement la patience divine : depuis le péché originel, l’homme porte une inclination native au mal et Dieu accepte de composer avec une telle humanité. Alors que la justice réclamerait un juste châtiment et l’anéantissement de tout mal, le spectacle de ces quelques justes perdus au milieu de leur génération incite Dieu à remplacer sa colère par une patience plus pédagogique (Genèse 8,22, à comparer avec Matthieu 5,45).

L’alliance nouvelle conclue entre Dieu et l’humanité ne constitue toutefois pas un retour à un état originel. Elle est une reconnaissance et une réglementation des rapports de force et de la violence qui se sont introduits dans le monde depuis le péché d’Adam. De ce point de vue, elle complète plus qu’elle ne remplace le commandement qui avait été donné à Adam de « croître et de soumettre la terre » :

  • La domination de l’homme sur la nature, jadis vécue de manière harmonieuse (Genèse 1,28-30), est dorénavant redoutée par tous les animaux (Genèse 9,2), puisque ce roi de la création usera d’un pouvoir discrétionnaire de vie et de mort afin de se nourrir de leur chair.
  • Ce pouvoir discrétionnaire est toléré uniquement comme un moyen de nourriture : il ne signifie pas que la vie des animaux appartienne à l’homme (symbolisé par le sang des animaux que l’homme n’a pas le droit de manger) (Genèse 9,4).
  • Afin d’encadrer la violence des hommes et aussi celle de la nature, Dieu s’implique personnellement, devenant le garant d’une justice punitive et redistributive (une vie pour une vie) : « Je demanderai compte de l’âme de l’homme. Qui répand le sang de l’homme par l’homme son sang sera répandu, car à l’image de Dieu il a fait l’homme » (Genèse 9,6).

JPEG - 49.2 ko
La grâce
La grâce est la présence - encore fragile - du Créateur dans l’âme des croyants.

Cette alliance représente en quelque sorte le compromis auquel l’humanité est parvenue : l’harmonie originelle étant définitivement perdue, les rapports de force et la violence de la justice font l’objet d’un droit proportionné. Signe ce compromis accepté par patience et par pédagogie, Dieu donne l’arc-en-ciel à Noé.

Répondre à cet article